Translate

13 août 2015

L'affaire du Smithsonian



Il y a eu beaucoup de découvertes de squelettes ou d’ossements de géants au cours de deux derniers siècles. J’en ai énuméré un certain nombre, ma liste est loin d’être exhaustive.



Or ces innombrables découvertes se traduisent aujourd’hui par une quasi absence de preuves ou de traces tangibles. Le doute n’est plus permis : de nombreuses destructions ont eu lieu au fil des ans.
Et ces destructions ne sont pas le fait de jeunes barbares, de nazillons ignorants ou d’islamistes proches de la bête fauve. Elles ont été effectuées par des scientifiques, et, tenez-vous bien, au nom de la science !!! Quelle est cette science qui détruit les preuves de ses erreurs et de son ignorance ? Quelle est science qui préfère ses délires à la réalité ?


geant-squelette-chercheurs-panama-688po

Pas de fumée sans feu


Le fait le plus choquant est cet aveu du prestigieux Smithsonian Institute : « oui, l’Institut a détruit des milliers de squelettes de géants dans les années 1900″ !!!


Ce n’est pas la seule destruction de preuves effectuée au nom de cette science qui a pour devise : « Tout ce qu’on ne comprend pas, mieux vaut s’en débarrasser. »


geants-photos-688po


Une décision récente de la Cour suprême des États-Unis a forcé le prestigieux Smithsonian Institute à publier les documents des années 1900 qui prouvent que l’Institut a organisé une destruction de preuves d’une ampleur historique: des dizaines de milliers d’ossements humains géants, découverts partout en Amérique, ont été détruits par les administrateurs de haut niveau pour protéger le grand public et assurer la chronologie alors admise de l’évolution humaine.

Notons que cette chronologie bidon n’est toujours pas abandonnée… (source)

                                                     Pas bidon, le fémur




Bien sûr, le Smithsonian Institute a démenti. Cette fausse info émanait d’un site de bidonnages. Pensez donc, le Smithsonian Institute !! La plus prestigieuse institution du secteur qui se serait livré sans vergogne à des actes iconoclastes totalement antiscientifiques !! Quel désaveu pour eux, quel soutien pour leurs adversaires !! C’était trop beau à force d’être immonde. L’affaire du Smithsonian Institute a été inventée par une célèbre usine à conneries, world news daily report, qui fait un douteux travail d’intox, de confusion et de n’importe quoi.

Bon, il y aura toujours des petits malins pour répandre ce genre de blagues. Chacun ses délires. 


Les géants du Wisconsin

Toutefois, ça m’a paru si vraisemblable que j’ai commencé par tomber dans le panneau… Ce qui était le but du gag.
Mais était-ce un gag ? Le Smithsonian Institute n’a rien avoué, ça c’est sûr. Il a quand même dû détruire ces squelettes aussi gigantesques qu’embarrassants. L’archéologie dominante persiste à étouffer les découvertes de premier plan dans ce domaine.


squelette-geant-agadir-1932-688po


Encore le Smithsonian, cette fois pour une info vérifiée. « Les scientifiques du Smithsonian Institute gardent obstinément le silence sur une race perdue de géants trouvés dans un tumulus près du lac Delavan, au Wisconsin, en mai 1912. Le site de fouilles du lac Delavan a été supervisé par Beloit College. Il comprenait plus de 200 monticules qui se sont avérées de classiques exemples de la Woodland Culture au 8ème siècle.
Mais la taille énorme des squelettes et des crânes allongés trouvés en mai 1912 ne rentrent pas du tout dans la norme officielle des manuels scolaires. Proprement gigantesques, ces ossements ne pouvaient appartenir à la race humaine standard.

Crânes étranges





Bifaces préhistoriques



D’abord rapporté dans le numéro du 4 mai 1912 du New York Times, les 18 squelettes trouvés par les frères Peterson sur Farm Lake Lawn au sud-ouest du Wisconsin présentaient plusieurs caractéristiques étranges et fantastiques. Leur hauteur varie entre 2,30 et 3 mètres. Quant à leurs crânes … « Probablement masculins, ils sont beaucoup plus grands que ceux de toutes les races qui habitent l’Amérique d’aujourd’hui. » Ils ont une double rangée de dents, six doigts, six orteils, et comme les humains ils appartiennent à plusieurs races. A l’avant de la mâchoire, ils ont des molaires. 

Et au milieu de cet aride exposé qui se veut sérieux, on a la joie de tomber sur cette perle d’une très belle eau : Leur crâne est de forme allongée, en raison sans doute d’une plus grande durée de vie. Comme si la girafe avait un long cou parce qu’elle vit longtemps !! L’énigme des crânes oblongs nous vaut des hypothèses d’une naïveté poilante. Mais reprenons la citation.
On se demande quel poids ils pouvaient soulever avec une taille double de la nôtre ? Sont-ce là les Géants que la Bible et beaucoup d’autres civilisations ont évoqués et peints sur les murs? » (source)

AcacusMountains-GhatDistrict-Libye-688po

Les géants de Pennsylvanie


Aujourd’hui, le Smithsonian dit ne détenir aucun squelette de géant, mais à la fin du 19ème et début du 20ème siècle, de nombreux rapports attestent que le Smithsonian a fait des fouilles en Amérique et découvert des squelettes de géants. L’affaire qui suit s’est déroulée à Monongahela City, Pennsylvanie, Etats-Unis.

                                                       Sur ce menhir de Plouguerneau, Finistère nord, on voit la trace d'une poigne démesurée : ce géant-là devait dépasser les 20 mètres…



Bureau de la Smithsonian Institution d’ethnologie 1898-1899 : « Sur la terrasse supérieure, dans les limites administratives de la ville de Monongahela, sont situés le jardin et une serre de M. EST Crall. Deux ravins sur les côtés est et ouest ouvrent directement vers le sud dans Pigeon Creek, et leur érosion a creusé le sol jusqu’à ce qu’il soit entouré par des terres plus élevées de tous les côtés, sauf le long de la falaise à côté de la crique. L’autre côté du ruisseau étant délimitée par une haute colline, le col regardant la rivière, ainsi l’appareil est entouré de tous côtés par des collines à portée de main, allant de 120 à 750 mètres au-dessus de son niveau.

En creusant les fondations d’un mur, M. Crall a mis au jour plusieurs squelettes de grande taille. Le sol était jonché de coquilles de moules, d’éclats de silex, etc. 



smithsonian-institute-fouilles-geants-688po



Sur la face orientale de cette digue, près du ravin près d’une source, se dresse le plus grand tumulus, celui des roches de McKee, mesurant neuf pieds de hauteur par 60 pieds de diamètre … voir ci-dessous.
Au centre, un trou d’un mètre dans la partie supérieure et 60 cm dans le sol d’origine. On y a trouvé des fragments d’os humains trop mous pour être conservé. Ils appartenaient à un adulte de grande taille. L’argile grise tapissait l’intérieur du trou. Au-dessus de l’argile et reposant sur elle, on a trouvé les fragments d’un autre grand squelette, avec un tube d’argile crue ».



Source : Xavier Séguin et son site Eden-Saga 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire