Translate

1 sept. 2015

Lorsque Jules Verne parle des ouvertures polaires et de la Terre creuse




Pour bien montrer l'importance que nous accordons à cette information, voici d'abord la couverture de la revue qui l'a publiée en 78 ( Qui sait si l'exemplaire de cette revue ne deviendra pas un jour, aussi celèbre que le journal de l'Aurore du 13 Janvier 1898, où Emille Zola publia son fameux "J'accuse"), et présentons aussi les premières lignes de l'article d'Antarticus:








Rappelons donc tout de même pour l'internaute qui ne serait pas au courant que dans cet article le groupe Antarticus a déclaré la phrase extraordinaire suivante: 



" Notons encore que cette "chose", d'après Jules Verne, serait à l'origine des aurores boréales qui ne s'expliqueraient que par l'ouverture des Pôles ?. De "blancs linceuls qui s'entrouvrent" existent aussi dans l'Arctique, mais c'est dans l'Antarctique que le bruit court sur certaines "expériences"." 


Hélas et amèrement hélas , ce groupe "Antarticus" n'a pas donné les références exactes de cette incroyable affaire de " l'ouverture des Pôles ?"...évoquée par Jules Verne. 



Bizarrement, c'est le point d'interrogation de l'expression l'ouverture des Pôles ?, qui nous faisait croire que l'auteur Antarticus de l'article, a bien lu cela quelque part chez Jules Verne, puisqu'il s'étonne, lui même, de cette assertion de la part d'un si grand écrivain.



Nous en avons déduit donc, que l'auteur de l'article, en 1978, n'avait pas encore eu sous la main , le livre encore accessible à l'époque : la Terre creuse, de BERNARD, Raymond. publié en 1971 chez Albin Michel, dans la prestigieuse collection, hélas disparue, "Les chemins de l'impossible".



 


Jules Verne en parle clairement au chapitre 7, dans son roman " Le pays des fourrures ", en ces termes : 



" - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même ?

- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. 

On parle de la mer libre que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. 

Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs."



Comme vous le voyez, Jules Verne était parfaitement au courant de cette affaire de mer libre.




Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années.

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. 

Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années que le pôle n'est pas couvert par la banquise. 

D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.










Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. 

Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.



Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. 

Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40% depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100


Philippe Gauthier


Fin de citation








En somme, ce communiqué ( qui parle souvent de première fois ) , montrant ainsi l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires, ne dit pas autre chose, sur la mer libre du pôle, que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom, d' Isaac Israël Hayes dont en 1984, nous avons eu l'heureuse opportunité de découvrir l'édition de 1877, dans une vieille malle, à 600m de chez nous. 

Et donc, disons ici encore, bravo à Super Hasard, qui nous comble de joies et de fortes émotions.



Vous avez bien lu, n'est-ce pas ! : 



" Pas de glace au Pôle Nord 

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années...." 


Voici ce texte qui confirme encore mieux tout cela. Il est tiré de la page 61 de l'ouvrage intitulé "Jules Verne, le poète de la science", sous la direction de Jean-Paul Dekiss, Timée-Editions, 2005.




Comme on le voit donc , c'est clair et net , sans bavure , ni spéculation psychologique imaginaire et le groupe Antarticus, avait bien mis le doigt sur une information hors normes concernant Jules Verne qui justifiait parfaitement notre vive interpellation à ce sujet.


Rappelons que nous avons découvert, plus tard, que tout cela, était déjà parfaitement mentionné, dès 1976, page 45, dans l'ouvrage remarquable du très grand ésotériste français Serge Hutin, paru chez Albin Michel, et intitullé : "Des mondes souterrains au Roi du Monde".




C'est d'ailleurs dans ce super ouvrage, que l'on peut aussi lire, pages 169 et 170, ceci :

"...Il existe enfin et, sans nul doute, il s'agit là des légendes les plus curieuses les traditions (si volontiers reprises par les auteurs fantastiques et de science-fiction) qui font état de mystérieuses civilisations qui existeraient à l'intérieur même de notre planète. 

Il nous faudrait rechercher alors toutes les traditions théosophiques sur l'Agartha. Mais on ne les trouve pas que chez les théosophes et occultistes contemporains. 

On retrace ce thème si étrange dans les légendes des Esquimaux. Nous avons déjà mentionné ces vers, par exemple, rapportés par Paul-Emile Victor dans "Banquise" et qui sont chantés à la veillée :

Ils sont grands, ils sont terribles,
Les hommes de 1'intérieur !

L'intérieur de quoi ? Celui de la Terre.

...Il est d'ailleurs fort curieux de constater que, dans leurs légendes, les Esquimaux ne se présentent pas comme les occupants originels de leurs aires de populations . 

L'une de leurs legendes déclare même qu'ils auraient été transportés autrefois dans les régions du Grand Nord par (1'expression est pour le moins curieuse, et semble désigner d'énormes engins volants) des "oiseaux de fer géants"...

L'idée d'une Terre creuse, occupée par une vaste cavité centrale avec soleil intérieurcxistait chez les druides.

Même en pleine époque actuelle, il s'est trouvé des hommes pour croire, à la Terre creuse et, à une possibilité de pénétrer dans ce mystérieux intérieur par les ouvertures polaires . 

On peut lire, à ce sujet, le livre étrange et très fascinant de Raymond Bernard : La Terre creuse " et pratiquement introuvable en librairie 





Les druides, les Esquimaux, les théosophes,..etc.. que de pistes encore, il reste à explorer, n'est-ce pas ?

Au sujet de cette affaire de véritable initié concernant Jules Verne, nous avons reçu de Lionel Dupuy, dont les sites sont à :

http://perso.wanadoo.fr/jules-verne

http://clefdargent.free.fr/jvlhelt.php

http://clefargent.free.fr/ddjv.php





(On trouve aussi sur ces sites l'ouvrage : "Jules Verne, l’homme et la terre. La mystérieuse géographie des Voyages Extraordinaires" ).



les propos suivants :



" Jules Verne parle des aurores boréales et australes dans quelques-uns de ses ouvrages : Voyage au centre de la terre, Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Le Sphinx des glaces, Vingt mille lieues sous les mers, etc… vu qu’il s’agit d’un phénomène qu’il aimait bien.



Jules Verne parlait aussi de la terre creuse, mais il ne faut pas que tu commettes cette erreur que beaucoup commette malheureusement : Jules Verne était tout sauf franc-maçon, initié ou initiateur.


Bien au contraire ! Simplement il fréquentait deux personnages, franc-maçons eux, qui lui ont raconté pas mal de choses qu’il met alors en scène dans ses romans : Elisée Reclus, géographe, libertaire, et Jean Macé, écrivain connu au XIX° siècle. L’idée selon laquelle JV était initié vient de ce rapprochement un peu trop rapide. 

D’ailleurs, les travaux de Simone Vierne, grande spécialiste de JV (son nom est prédestiné !) ont bien montré que JV n’a jamais été franc-maçon, bien au contraire. Malheureusement cette idée circule encore… Je compte sur toi d’ailleurs pour expliquer, via ton site, que tout cela est faux, complètement faux ! " 

fin de citation




Voilà donc ce que nous pouvons dire à ce sujet : 





En effet, tout est relatif dans cette vie , et pour nous , le véritable initié est péremptoirement celui qui a été au courant en général de cette affaire d'ouvertures polaires et de Terre creuse bien avant les autres. Le mot" initiation", prend donc ici une connotation qui se rapproche plutôt de celle du mot inspiration. 

Quant à savoir ce qui est à l'origine de cette"inspiration", nous n'en savons rien, sinon de dire que c'est sans doute l'influence d'une quatrième dimension, qui y est pour quelque chose.



Le livre désormais introuvable en France déjà cité, : la Terre creuse, de Raymond BERNARD , alors que Jules Verne était, lui , au courant de cela dès au moins 1863 date d'ecriture du livre cité plus haut et publié on le sait en 1866.



Pour nous désormais, il n'est donc pas utile de savoir si Jules Verne était franc-maçon, ou rosicrusien ou membre d'une obédience quelconque.

Notre seul souci actuellement donc, sera de déterminer où Jules Verne a pu découvrir sa superbe information concernant les ouvertures polaires et par laquelle on pourrait pénétrer dans l’intérieur du globe, tout le reste demeure pour nous, très anecdotique. 

                                  
                                  


D'autres personnages célèbres ont fait l'expérience de ce voyage intraterrestre : Tarzanpénètre dans un royaume souterrain en dirigeable et libère l'Impératrice.


En effet l'écrivain Edgar Rice Burroughs, a exposé superbement cette théorie de la Terre creuse, dans la série des Pellucidar (Au cœur de la Terre en 1914) pour se poursuivre avec 6 autres volumes dont l'un est intitulé "Tarzan au cœur de la Terre" sorti en 1930. 

L'écrivain Edgar Rice Burroughs a exposé superbement cette théorie de la Terre creuse dans la série des Pellucidar (Au cœur de la Terre en 1914) pour se poursuivre avec 6 autres volumes dont l'un est intitulé "Tarzan au cœur de la Terre" sorti en 1930. 

Mais ce Tarzan d' Edgar Rice Burroughs, nous présente l'histoire de David Innes, ingénieur des mines, qui a accepté de financer la construction d'un excavateur de type nouveau inventé par son amiAbner Perry. Les deux hommes effectuent un test dans le désert du Sahara, et tombent dans le monde intérieur inconnu de Pellucidar. Donc il n'est pas du tout question ici du Pôle Nord. Voir le tome 1 sur le site à : 

Tome 1  < =====



Donc ce Tarzan ne connaissait donc pas les ouvertures polaires, comme celui de Russ Manning, dont nous allons donner ci-dessous quelques infos. 


Nous en déduisons alors que ce Mr Eric Bony, n'a pas eu, hélas, le grand privilège, d'avoir comme nous, eu en main la BD, imaginée par le grand dessinateur Russ Manning intitulée Tarzan à Pellucidar, d'après l'œuvre de Edgar Rice Burroughs:


Il nous faut en effet maintenant savoir que, le texte d' Edgar Rice Burroughs, nous présente l'histoire de David Innes, ingénieur des mines, qui a accepté de financer la construction d'un excavateur de type nouveau inventé par son ami Abner Perry. Les deux hommes effectuent un test dans le désert du Sahara, et tombent dans le monde intérieur inconnu de Pellucidar. Donc il n'est pas du tout question ici du Pôle Nord. Voir le tome 1 sur le site à : 


Tome 1   < ======


C'est donc Russ Manning lui-même, qui autour de 1970, a imaginé cette affaire de voyage de Tarzan en dirigeable vers le Pôle Nord. Bravo à lui, car cela montre qu'il connaissait parfaitement, la théorie de la Terre creuse, et l'on va voir ci-dessous pourquoi...

(Cette théorie, on le sait est parfaitement bien occultée dans notre enseignement scolaire puisque nous-mêmes, nous l'avons souvent dit, nous ne l'avons découverte qu' autour de 1972, après avoir pris lecture de l'ouvrage désormais incontournable sur le sujet de R.Bernard: La Terre creuse de 1971 ).

En effet, voici donc, grâce à l'amabilité de notre ami Joël Baran, quelques vignettes la BD réalisée, on l'a vu plus haut, par Russ Manning , et concernant l'affaire du monde de Pellucidar. Ces vignettes sont parues en France, journellement par bandes de trois au maximum, du 23 Nov. 1971 au 29 Juillet 1972, puis groupées dans la revue HOP n° 42 de 1987. 

On y voit alors Tarzan monter dans un Zeppelin pour se rendre au pays de Pellucidar en passant.... par l'ouverture du pôle Nord, vous l'avez bien lu....Voici donc quelques éléments choisis, de cette bande dessinée remarquable hélas en noir et blanc (Tout internaute qui pourrait avoir cela en couleur, serait bien sûr plus que béni) :




Vous avez bien noté que dans cette BD, il est mentionné que Pellucidar se trouve au centre de la Terre que l'on peut y accéder, soit par l'insolite ouverture du Pôle Nord, soit à travers le seul autre chemin que Tarzan connaisse, c'est-à-dire une couche de 800 km de roche, (donc sans doute par des tunnels connus secrets de lui). 

Il y a aussi cette information qu' à l'ouverture polaire le brouillard est éternel à cause de la rencontre de l'air froid du Pôle et l'air chaud qui monte du centre de la Terre à travers un tunnel de 800 km.


De plus on apprend que dans le trou polaire, il faut suivre une route en spirale carla boussole (le compas) est inutilisable :


Mais il y a aussi le fait qu'à intérieur de la Terre existe un Soleil et que donc l'horizon qui n'est plus une ligne droite, mais une surface courbée qui remonte toujours plus.


Pas mal n'est-ce pas cette imagination hors norme de l'auteur !!!

Cependant, si l'on voit dans ces quelques images, déjà apparaître des reptiles volants préhistoriques, nommés des Ptéranodons, nous ignorons, si dans le reste de la BD, il est fait aussi mention des mammouths. 

En tout cas, bravo donc à l'imagination si fertile de Russ Manning, qui nous laisse dès lors pantois, et surtout, imagination qui tend à s'aligner parfaitement, sur ce que nous dit William Reed dès 1906 dans son ouvrage "Fantôme des pôles", et bien d'autres auteurs, comme par exemple Raymond Bernard, dans son ouvrage incontournable de 1964 "the Hollow Earth" deux ouvrages, que Russ Manning avaitprobablement lus... 

Á vous de juger tout cela...

Mais, rappelez vous ce que nous avons écrit dans 






Quand Jules Verne parle d'animaux tropicaux découverts sur les bords de la zone polaire arctique . 



Mais il y a aussi dans ce livre " Voyages et aventures du capitaine Hatteras" , un autre passage qui est surprenant . Voici de quoi il s'agit :

- Mais, dit Altamont, ne pourrait-il se faire que le pôle se déplaçât un jour d'une plus grande quantité ? - Eh! mon cher Altamont, répondit le docteur, vous touchez à une grande question que les savants débattirent longtemps à la suite d'une singulière découverte.

- Laquelle donc ?

- Voici. En 1771, on découvrit le cadavre d'un rhinocéros sur les bords de la mer Glaciale, et, en 1799, celui d'un éléphant sur les côtes de la Sibérie. Comment ces quadrupèdes des pays chauds se rencontraient-ils sous une pareille latitude ? De là, étrange rumeur parmi les géologues, qui n'étaient pas aussi savants que le fut depuis un Français, M. Élie de Beaumont, lequel démontra que ces animaux vivaient sous des latitudes déjà élevées, et que les torrents et les fleuves avaient tout bonnement amené leurs cadavres là où on les avait trouvés. Mais, comme cette explication n'était pas encore émise, devinez ce qu'inventa l'imagination des savants ?



- Les savants sont capables de tout, dit Altamont en riant.

- Oui, de tout pour expliquer un fait; eh bien, ils supposèrent que le pôle de la terre avait été autrefois à l'équateur, et l'équateur au pôle.

- Bah !

- Comme je vous le dis, et sérieusement; or, s'il en eût été ainsi, comme la terre est aplatie au pôle de plus de cinq lieues, les mers, transportées au nouvel équateur par la force centrifuge, auraient recouvert des montagnes deux fois hautes comme l'Himalaya; tous les pays qui avoisinent le cercle polaire, la Suède, la Norvège, la Russie, la Sibérie, le Groënland, la Nouvelle-Bretagne, eussent été ensevelis sous cinq lieues d'eau, tandis que les régions équatoriales, rejetées au pôle, auraient formé des plateaux élevés de cinq lieues.

- Quel changement! fit Johnson.

- Oh! cela n'effrayait guère les savants.

- Et comment expliquaient-ils ce bouleversement ? demanda Altamont.

- Par le choc d'une comète. La comète est le " Deus es machina "; toutes les fois qu'on est embarrassé en cosmographie, on appelle une comète à son secours. C'est l'astre le plus complaisant que je connaisse, et, au moindre signe d'un savant, il se dérange pour tout arranger !

- Alors, dit Johnson, selon vous, monsieur Clawbonny, ce bouleversement est impossible ?

- Impossible !

- Et s'il arrivait ?

- S'il arrivait, l'équateur serait gelé en vingt-quatre heures !

fin de citation


Est-il besoin de révéler ici que l'on n'a pas arrêté depuis, de découvrir des animaux congelés (et en particulier des Mammouths), dans les zones arctiques et que par exemple en 1906, ce fut un mammouth presque entier découvert près de la grande île de Liakhov dans l'archipel de la Nouvelle Sibérie. Ce mammouth est depuis 1998, exposé dans la Galerie de Paléontologie du Muséum National de l'histoire Naturelle de Paris. On discute toujours sur la nature du phénomène qui a congelé ces animaux, alors que certains d'entre eux, avait encore de l'herbe dans la gueule, qu'ils n'ont même pas eu le temps d'avaler, à cause de la soudaineté du phénomène.

Au printemps de 1997, on a découvert une nouvelle carcasse de mammouth dans la presqu'île de Taymir en Sibérie, qu'on a appelé le mammouth Jarkov.


Conclusion.

Le fait de découvrir l'expression " l'ouverture des Pôles ?" dans la revue "Ouranos", nous a conduit à faire un voyage initiatique dans l'univers enchanteur de notre grand écrivain Jules Verne , qui fait toujours rêver les petits, mais surtout qui continuera à faire en sorte, que les plus grands s'interrogent, désormais, sur les merveilles de notre planète, et en particulier sur les nombreux mystères qui entourent ses pôles.





Artivision   :  Fred idylle 


NOS SPONSORS

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire