Translate

15 oct. 2015

La « Main Noire » et le déclenchement de la Première Guerre Mondiale


En mai 1911, une dizaine d’hommes en Serbie ont formé la société secrète appelée « la Main Noire ». Les premiers membres figurent le colonel Dragutin Dimitrijevic, le chef du Département du renseignement d’état-major serbe, le major Voja Tankosic et Milan Ciganovic.

L’objectif principal de la Main Noire a été la création de la Grande Serbie par le moyen de la violence.

Son objectif déclaré était : « Pour réaliser l’idéal national, l’unification de tous les Serbes. Cette organisation préfère l’action terroriste aux activités culturelles, elle va donc rester secrète ».



Dragutin Dimitrijevic « alias » Apis


Dragutin Dimitrijevic, qui a utilisé le nom de code, Apis, s’est imposé comme le leader de la Main Noire.

En 1911, il a envoyé un membre de sa société secrète afin d’assassiner l’empereur Franz Josef d’Autriche-Hongrie.

Lorsque cela a échoué, Dimitrijevic a tourné son attention vers le  général Oskar Potiorek, gouverneur des provinces autrichiennes de Bosnie-Herzégovine.

Dimitrijevic a recruté Muhamed Mehmedbašić afin de tuer Potiorek avec un poignard empoisonné. Cependant, Mehmedbašić est retourné à Belgrade après avoir échoué à réaliser la tâche.



Dessin de l’époque représentant l’attentat au moyen d’une dague empoisonnée.


En 1914, il y avait environ 2.500 membres de la Main Noire. Le groupe était principalement composé de jeunes officiers, mais aussi elle incluait des avocats, des journalistes et des professeurs d’université.

Environ 30 d’entre eux ont vécu et travaillé en Bosnie-Herzégovine.
Trois membres du groupe de la Main Noire, Dragutin Dimitrijevic, Milan Ciganovic, et le major Voja Tankosic, avaient  décidé que l’archiduc Franz Ferdinand devrait être assassiné.

Dimitrijevic était préoccupé par l’héritier du trône austro-hongrois et sur les plans de Ferdinand d’accorder des concessions aux Slaves du Sud. Dimitrijevic craignait que si cela se produisait, un Etat serbe indépendant serait plus difficile à réaliser.

Quand Dragutin Dimitrijevic a entendu dire que l’archiduc François-Ferdinand avait l’intention de visiter Sarajevo en Juin 1914, il a envoyé trois membres du groupe de la Main Noire, Gavrilo Princip, Nedeljko Cabrinovic et Trifko Grabez de la Serbie pour l’assassiner.


Grabez (1895-1918), Cabrinovic (1895-1916) et Princip (1894-1918). 



Nikola Pasic, le Premier ministre de Serbie, a entendu parler de l’intrigue et a donné des instructions pour que les trois hommes soient arrêtés.

Cependant, ses ordres n’ont pas été mises en œuvre et l’archiduc Franz Ferdinand a été assassiné.

Plusieurs membres du groupe de la Main Noire interrogés par les autorités autrichiennes ont affirmé que trois hommes de la Serbie, Dragutin Dimitrijevic, Milan Ciganovic, et le major Voja Tankosic, avaient organisé le complot.

Le 25 Juillet 1914, le gouvernement austro-hongrois a exigé que le gouvernement serbe arrête les hommes pour qu'ils subissent leur procès à Vienne.

Le 25 Juillet 1914, Nikola Pasic, le Premier ministre de Serbie, a déclaré au  gouvernement austro-hongrois qu’il était incapable de remettre ces trois hommes comme cela , car ce « serait une violation de la Constitution de la Serbie et contre son code de loi ».

Trois jours plus tard,  le gouvernement austro-hongrois déclare la guerre à la Serbie.

Pendant les deux premières années de la Première Guerre mondiale, l’armée serbe a subi une série de défaites militaires. Nikola Pasic, qui a blâmé la Main Noire pour la guerre, décida de dissoudre l’organisation, en décembre 1916.



Dragutin Dimitrijevic et plusieurs des dirigeants de la Main Noire furent arrêtés et exécutés l’année suivante.

Ainsi finit une organisation d’hommes de mains, digne du crime organisé, aux services directs des Illuminatis.

Par leur geste assassin, les  criminels de la Main Noire ont permis aux Rotschilds d’encaisser des milliards de dollars, tout en consolidant la puissance politique et financière de l’Empire Britannique.

Le Nouvel Ordre Mondial  prenait forme en légitimant les investissements des propriétaires de la Federal Reserve Bank , aux États-Unis d’Amérique.


En savoir  plus sur la Main Noire ?


Le sceau de la Main Noire


La Main Noire

Dans mes recherches sur l’origine des Illuminatis et des sociétés secrètes, j’ai découvert beaucoup de choses sur la Main Noire, voici plus d’informations.

Le groupe connu comme la Main Noire a été formé le 6 Septembre 1901 dans le but d’unir les Serbes à travers les Balkans dans un seul pays.

Il s’agissait d’une organisation terroriste depuis le début qui a effectué ses premiers assassinats politiques en mai 1903.

Ils étaient responsables de la mort du roi et de la reine impopulaire de la Serbie qui a voulu renforcer les liens avec l’Empire austro-hongrois.

Cinq ans plus tard , en 1908 , immédiatement après l’annexion de la Bosnie voisine de l’Autriche , un groupe de Serbes de haut rang  fondèrent  une société semi- secrète appelée Narodna ( La Défense nationale) .

Son but était de libérer tous les Serbes sous contrôle austro-hongrois, mais, à défaut d’obtenir le soutien de la Russie, il a été contraint de limiter ses activités à l’éducation et la propagande.

Insatisfait de cette approche passive en mai 1911, un certain nombre d’hommes dans Narodna ont décidé de former un groupe dissident avec un ordre du jour plus actif et terroriste.

Sous la direction de M. Dragutin Dimitrijevic, ils se  donnèrent le nom de « Ujedinjenje ili Smrt » ( unification ou la mort ), mieux connu comme  étant la Main Noire .

L’utilisation de l’influence et du réseau de l’organisation 

La Main Noire a connu une relation heureuse avec le gouvernement serbe jusqu’en 1914 lorsque l’organisation a estimé que le Premier ministre ne faisait pas assez pour garantir les intérêts de la Serbie à la suite des guerres balkaniques.

C’est à ce moment que Dragutin Dimitrijevic a décidé de cibler l’archiduc Franz Ferdinand pour assassinat. L’archiduc avait été tué à Sarajevo en Juin 1914 et par conséquent le monde s’est retrouvé en guerre.

Dragutin Dimitrijevic

Aussi connu sous le nom de code « Apis », Dragutin Dimitrijevic , le commandant de la Main Noire est né en Serbie en 1877.

Après avoir quitté l’Académie militaire de Belgrade, il a immédiatement été recruté dans l’état-major général de l’armée serbe où il s’est spécialisé dans le terrorisme et a été promu au grade de capitaine.



Photo de groupe d’officiers serbes juste avant la Grande Guerre. Dragutin Dimitrijevic se trouve en bas à droite.


En 1903, lui et un groupe d’officiers subalternes  avaient planifié et exécuté l’assassinat d’Alexandre, le roi impopulaire de la Serbie, et son épouse, la reine Draga .

Le Parlement serbe a lui salué comme « le sauveur de la patrie» et il a été nommé professeur de tactique à l’Académie militaire .

Pendant la guerre des Balkans , il a été responsable de plusieurs victoires serbes , mais sa principale préoccupation était de libérer la Serbie de la domination austro-hongroise.

Il utilisa  le nom de code « Apis », il est devenu chef de l’organisation secrète connue sous le nom « La Main noire » et prévu un certain nombre d’assassinats politiques, y compris, en 1911, une tentative infructueuse sur l’empereur Franz Joseph d’Autriche.


Certains des membres de la Main Noire, Apis et Tankosic vu couché.



Dimitrijevic tourna plus tard, son attention vers  l’archiduc François-Ferdinand , successeur de l’Empereur, et en 1914, était responsable de l’assassinat de l’archiduc à Sarajevo , un événement qui a mené au début de la Première Guerre mondiale.

L’armée serbe a commencé la guerre avec une série de défaites et Nikola Pasic, le Premier ministre serbe , accusant la Main Noire  du déclenchement de la guerre , a décidé de dissoudre l’organisation.

Les autres, Dimitrijevic et plusieurs des dirigeants ont été arrêtés et traduits en justice pour trahison. Ils ont  été reconnu coupables et exécutés le 11 Juin 1917.



Voja Tankosic

Il a été tout en servant comme major dans l’armée serbe, Voja Tankosic et a  sympathisé avec Dragutin Dimitrijevic .

Il faisait partie du groupe responsable de la mort du roi Alexandre et a ensuite été nommé à titre de commandant de l’Académie de guérilla de la Serbie à Nis .

Il  partagea  la volonté de Dimitrijevic pour une Serbie libre, puis il le rejoint dans la tentative infructueuse d’attentat sur la vie de l’empereur Franz Joseph et fut l’un des fondateurs de la Main Noire.

Il a joué un rôle considérable dans la planification de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo et quand la guerre a éclaté , il a servi dans l’armée serbe. Il a été tué au combat en 1915.

Histoire et naissance

La Main Noire a été fondée le 6 Septembre 1901. La première réunion des conspirateurs était aussi dans la même année .

Aussi présents : capitaines Radomir Arandjelovic, Milan F. Petrović , et Dragutin Dimitrijevic, ainsi que lieutenants Antonije Antic, Dragutin Dulić, Milan Marinkovic et Nikodije Popović. 

Ils ont fait un plan pour tuer le couple royal : le roi Alexandre I Obrenović et la reine Draga.

L’anniversaire de la reine Draga était le 11 septembre, et en l’honneur de cette occasion, on se prépare à tenir une fête au palais Kolarac.

Les policiers enquêteurs trouvèrent facilement les principales armes de l’assassinat et les noms de ceux qui avaient choisis d’organiser l’assassinat réussi du roi Alexandre Ier de Serbie et de son épouse Draga .

Ils confirmèrent que c’était bien  le capitaine Dragutin Dimitrijevic , qui avait personnellement dirigé le groupe d’officiers de l’armée qui a tué le couple royal dans le Vieux Palais à Belgrade dans la nuit du 28/29 Mai 1903 et qu’il était aussi le chef de la main Noire .



Les funérailles du couple royal, en 1903... Remarquez le positionnement de la croix.


Le 8 Octobre 1908, deux jours seulement après que l’Autriche annexa la Bosnie -Herzégovine, de nombreux hommes, certains d’entre eux ministres serbes de haut rang , fonctionnaires et généraux , tinrent une réunion à la mairie de Belgrade.

Ils ont fondé une semi- société secrète, Narodna ( Défense nationale ) qui a donné l’idée d’une Grande Serbie, de l’attention et une organisation.

Le but du groupe était de libérer les Serbes du contrôle de l’Autriche-Hongrie.

Ils ont également entrepris la propagande anti-autrichienne et engagèrent  des espions et des saboteurs organisés à fonctionner dans les provinces de l’empire .

Des Groupes satellites ont été formés en Slovénie, la Bosnie, l’Herzégovine et l’Istrie .

Le groupe bosniaque fut fondé sous le nom de Mlada Bosna ( Bosnie jeunes ).

En 1909 , l’Autriche fait pression sur le gouvernement serbe pour  mettre fin à leur insurrection anti-autrichienne.

L’Empire  Russe n’était pas prêt à supporter entièrement la Serbie si des hostilités devaient dégénérer, aussi Belgrade a été contraint de se conformer à contre-coeur.

Dès lors, Narodna se concentre sur l’éducation et la propagande au sein de la Serbie, en essayant de mode elle-même comme une organisation culturelle.

La Main Noire a été formée lorsque dix hommes se sont rencontrés le 9 mai 1911 à former Ujedinjenje ili Smrt ( unification ou la mort ), mieux connu comme la Main Noire.

La Croix Rituelle de la Main Noire


Remarquez le crâne et les os en croix… symbole de Skull and Bones. Ce symbole relie la Main Noire directement aux Illuminati et au nazisme.

La Croix Rituelle doit être placée au centre de la table de discussions…ou aux funérailles d’un membre.Elle est présente aussi lors des initiations.

En 1914, il y avait plusieurs centaines de membres , peut-être autant que 2500. De nombreux membres étaient des officiers de l’armée serbe.

L’objectif déclaré du groupe était la création d’une Grande Serbie, par l’usage de la violence, si nécessaire.

Les guérilleros formés et des saboteurs de la Main Noire organisèrent des assassinats politiques planifiés en véritables professionnels de l’époque.



Exemples d'assassinats politiques très connus


La Main Noire a été organisé au niveau local dans des cellules de 3 à 5 membres, supervisés par des comités de district et par un comité central à Belgrade, dont le Comité exécutif de dix membres a été conduit , plus ou moins , par le colonel Dragutin Dimitrijevic ( également connu sous le nom Apis ).

Pour assurer le secret , les membres savaient rarement beaucoup plus que les membres de leur propre cellule et une qualité supérieure au-dessus.

Les nouveaux membres ont juré « Je (…) , en entrant dans la société , ne jure par le soleil qui brille sur moi, par la terre qui me nourrit, par Dieu, par le sang de mes ancêtres , par mon honneur et par ma vie, qu’à partir de ce moment et jusqu’à ma mort , je vais servir fidèlement la mission de cette organisation et que je dois en tout temps être prêt à assumer pour elle tout sacrifice. , je jure par Dieu, de mon honneur et de ma la vie, que je  vais  inconditionnellement mettre à exécution toutes ses commandes et ses ordres.

Je jure par mon Dieu, de mon honneur et de ma vie, que je garderai en moi tous les secrets de cette organisation et les emporterai avec moi dans ma tombe.

Que Dieu et mes frères dans cette organisation soient mes juges si, à chaque fois que je dois sciemment échouer ou briser ce serment ».



Table de discussions autour de bonnes bouteilles. Le prince  Alexandre est à gauche, à table.


La Main Noire a repris les actions terroristes du Narodna , et a travaillé délibérément à occulter toute distinction entre les deux groupes , la négociation sur le prestige et le réseau de l’ancienne organisation .

Les membres de la Main Noire ont occupé des postes gouvernementaux importants dans l’Armée, et le prince héritier Alexandre était un partisan enthousiaste et les a financé. 

Le groupe a maintenu une influence constante sur les nominations et la politique du gouvernement de Serbie.

Le gouvernement serbe a été assez bien informé des activités de la Main Noire. Les relations amicales avaient assez bien refroidi en 1914.

La Main Noire était mécontente du Premier ministre Nikola Pašić. Ils pensaient qu’il n’a pas assez agi de façon agressive envers la cause de la Grande Serbie.

Ils se sont engagés dans une lutte de pouvoir sur plusieurs questions telles que : qui contrôlera les territoires que la Serbie a annexé à la guerre des Balkans ?

À ce stade, debout et de dire « non » à la Main Noire était un acte dangereux. L’assassinat politique était l’un de leurs outils bien connus.



Gavrilo Princip


C’était aussi en 1914 que Apis avait décidé que l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier présomptif de l’Autriche, devrait être assassiné.

À cette fin, trois jeunes Serbes de Bosnie ont été recrutés et formés à lancer la bombe et à tirer. 

Gavrilo Princip, Nedeljko Čabrinović et Trifko Grabež ont été passés en contrebande à travers la frontière pour aller en Bosnie via une chaîne de contacts de style « sous-terrains ».

La décision de tuer l’archiduc a apparemment été déclenchée par Apis , et non sanctionné par le Comité exécutif au complet.

Ceux qui sont impliqués ont probablement réalisé que leur complot déclencherait la guerre entre l’Autriche et la Serbie.

Ils avaient toutes les raisons de s’attendre à ce que la Russie serait du côté de la Serbie.

Selon toute vraisemblance, ils n’avaient pas prévu que leurs idéaux et aspirations personnels politiques secrets seraient l’étincelle de la guerre mondiale.

Les autres membres du gouvernement et certains au sein du Conseil exécutif de la Main Noire n’étaient pas aussi convaincus de l’aide russe. La Russie les avait laissé tomber récemment.

Quand la fuite de l’origine de l’intrigue pointa dans la direction de la Main Noire et du  gouvernement serbe, Apis donna l’ordre de ne pas poursuivre.

Il a fait une timide tentative d’intercepter les jeunes assassins à la frontière, mais ils l’avaient déjà franchi.

Ce « rappel » semble faire ressembler Apis à un  peureux, et les jeunes assassins fanatiques comme des esprits indépendants.

En fait, le «rappel» a eu lieu deux semaines complètes avant la visite de l’archiduc . Les assassins ont été  laisser à eux-mêmes…à tourner autour de Sarajevo pendant un mois. Rien de plus a été fait pour les arrêter.

L’organisation de Bosnie contre les Habsbourg et les étudiants anti-autrichiens appelée  « Jeune Bosnie » ont donc effectué l’assassinat de l’archiduc François- Ferdinand.

Après les six attaques infructueuses de Nedeljko Čabrinović parce que le chauffeur de Ferdinand a pris un mauvais tournant, Gavrilo Princip réussi à tuer l’archiduc et son épouse avec deux balles de son arme de poing.

Jusqu’à ce que quelques semaines plus tard, la culpabilité pour le crime avait été dirigé lâchement sur la Serbie en général.

Les tensions qui existaient depuis longtemps entre la Serbie et l’Autriche  avaient finalement attiré l’attention des autres puissances européennes et dégénéré en début de Première Guerre mondiale.



Gavrilo Princip sous escorte policière


Les Serbes empêchèrent l’Autriche-Hongrie d’enquêter sur l’assassinat de l’archiduc


Vers la fin de 1916, en raison d’ intrigues politiques, le Premier ministre serbe Pasic a décidé de détruire les dirigeants de la Main Noire et de briser l’organisation.

Au printemps 1917, de nombreux dirigeants de la Main Noire , y compris les API, avaient été arrêtés.

Un simulacre de procès devant un tribunal militaire à Salonique a eu lieu en mai 1917 pour les API et les autres.

Parmi les charges, il y avait celle que la Main Noire avait tenté d’assassiner le  prince régent Alexandre.

Bien que les témoins à charge étaient nombreux, les éléments de preuve cités étaient à peu près toutes des ouï-dire ou des fabrications pures et simples . 

Apis et six autres ont été condamnés à mort. Trois commutations obtenues à de longues peines de prison, mais API et trois camarades ont été fusillés le 26 Juin 1917.



Procès de Salonique, Gavrilo Princip est dans le cercle.


Avec la disparition de la Main Noire en Juin 1917 après le procès de Salonique, La Main Blanche a progressivement pris le contrôle du jeune et ambitieux prince Alexandre.

Dans ce qui est devenu la Yougoslavie après la guerre, la Main Blanche a grandi dans une pièce essentielle de la machinerie de l’Etat. 

Il a continué le travail impérialiste de la Main Noire, en utilisant les mêmes techniques. La mort de Vojislav Petrovic, un ex- attaché à la légation de Yougoslavie à Londres, a dit être le travail de Narodna .

Petrovic préparait un livre sur l’histoire de l’assassinat de Sarajevo et de la Main Noire .

Les activités dans le royaume de Monténégro

En 1908 ( l’affaire est connue sous le nom Bombaška AFERA ​​), les nationalistes serbes ont essayé de tuer le roi du Monténégro, le considérant comme un obstacle à l’unification de tous les Serbes dans un seul Etat.

La police monténégrine a été averti du complot et a arrêté les conspirateurs.

En 1909 ( l’affaire est connue sous le nom Kolašinska AFERA ​​), des nationalistes serbes tentèrent d’organiser une insurrection contre le roi monténégrin et le gouvernement. L’intrigue a également échouée.



Image de propagande du Roi de Serbie pour attiser la ferveur militaire.


La Main Noire est réputé avoir été impliqué dans ces deux affaires.

Dans la guerre des Balkans

En 1912, les différences entre les deux principaux groupes de la Narodna leaders Odbrana – politiques du Parti Radical et militaires officiers ont surgi.

Les responsables politiques ont préféré une approche plus passive pour l’instant, y compris des relations plus pacifiques avec l’Autriche et de se concentrer sur le renforcement de la Serbie pour la lutte à venir mais certains officiers militaires s’impatientaient avec les politiques radicales les plus modérés.

Par conséquent, les membres les plus zélés de la Narodna ont commencé une nouvelle société secrète et la Main Noire a été fondée.

Selon certaines sources, ils ont été impliqués dans divers crimes en Macédoine, pendant la guerre des Balkans :

Au Uscub, un comité central de la «défense nationale» , avec des succursales dans d’autres villes de Macédoine , a été formé à côté de la commande supérieure , à l’arrivée des troupes.

La population de Uscub appelait leur poste derrière la maison de Weiss, près du consulat russe, «la maison noire », du nom de la ligue elle-même, «la main noire».

Les pires crimes ont été commis par cette organisation secrète , connue de tout le monde et sous la protection puissante.

-Rapport de la Commission internationale sur la guerre des Balkans -

La Première Guerre mondiale



Juste avant la Première Guerre mondiale, sous les ordres du chef d’état serbe du renseignement militaire , des officiers militaires serbes et les restes de la Main Noire ont organisé et facilité l’assassinat de Franz Ferdinand, l’archiduc d’Autriche à l’occasion de sa visite à Sarajevo , Bosnie.

L’enquête austro-hongroise de l’assassinat arrondit tout mais l’un des assassins et aussi beaucoup du  « transport secret par train » (désigné comme chemin de fer souterrain, dans la traduction du serbe au français) qui avait été utilisé pour transporter les assassins et leurs armes de Serbie à Sarajevo.

Dans les deux jours qui ont suivi l’assassinat , l’Autriche- Hongrie et l’Allemagne  avaient conseillé la Serbie qu’ils devraient ouvrir une enquête mais le ministre serbe des Affaires étrangères Gruic, au nom de la Serbie a répondu :

«Rien n’a été fait jusqu’ici, et que l’affaire ne concernait pas le gouvernement serbe , », après quoi « d’autres mots  » ont été prononcés sur les deux côtés .

Les instances de l’Allemagne demandant à la Russie d’intercéder auprès de la Serbie ont été ignorées.



Le 23 Juillet l’Autriche-Hongrie a remis une lettre durement rédigée à la Serbie avec dix revendications énumérées et les exigences supplémentaires dans le préambule visant à la destruction du réseau terroriste et de propagande anti-autrichienne en Serbie.

L’Autriche a attiré l’attention de la Déclaration de la Serbie de Mars 1909 de s’engager avec des grandes puissances, de respecter la souveraineté de l’Autriche -Hongrie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Serbie, s’engageant à maintenir de bonnes relations de voisinage avec l’Autriche-Hongrie.

Si les dix demandes et exigences énumérées dans le préambule n’ont pas été convenu de délai de 48 heures, l’Autriche-Hongrie tient à rappeler son ambassadeur en Serbie.

La lettre est maintenant connue sous le nom « d' Ultimatum de Juillet ». La Serbie les a accepté toutes , mais…sauf l’une des exigences, de laisser les officiers autrichiens effectuer une enquête sur le sol serbe, ce qui aurait compromis sa souveraineté.

En réponse, l’Autriche- Hongrie a rappelé son ambassadeur .
L’Autriche-Hongrie a autorisé la mobilisation et la déclaration de guerre contre la Serbie le 28 Juillet 1914.

Le traité secret de 1892 exigeait à la fois à la Russie et à la France de se mobiliser immédiatement suivie d’un début d’action contre la Triple Alliance si un membre de la Triplice était mobilisé. Et donc, bientôt toutes les grandes puissances de l’Europe étaient en guerre à l'exception faite de l’Italie .

L’Italie a cité une clause dans le traité de la Triple Alliance qui ne le lie pas à entrer en guerre en cas d’agression contre l’un des membres issus des traités, et elle est  ainsi restée neutre – pour le moment .

Les six assassins capturés par l’Autriche-Hongrie ont été jugés et condamnés pour trahison. Le leader, Danilo Ilic, a été abattu par un squad.


Danilo Ilic


Le restant des assassins toujours en détention, n’étaient pas encore âgés de vingt ans au moment de l’assassinat et ont donc été condamnés à des peines de prison.

La plupart des responsables et des acteurs du réseau clandestin qui les ont transporté ont également été arrêtés, jugés et condamnés .

Deux d’entre eux ont été exécutés. Quelques conspirateurs périphériques ont été acquittés.

Une enquête allant plus loin permit l’arrestation de beaucoup de jeunes irrédentistes supplémentaires et la cinquième colonne que la Main Noire et du renseignement militaire serbe avaient tenté d’organiser a été éliminée.

Après avoir reçu la lettre d’Autriche, la Serbie a arrêté le Major Voja Tankosic (un membre du comité de la Main Noire qui avait été souligné par les assassins), mais ordonna ensuite rapidement sa libération et l’a renvoyé dans son unité.

Le septième assassin s’est  échappé au Monténégro où il a été arrêté.

L’Autriche-Hongrie a affirmé son droit à l’extrader, mais les autorités monténégrines  ont plutôt permis à l’assassin de « s’échapper  » de la Serbie où il a rejoint l’unité du Major Tankosic ; le Major Tankosic est ensuite décédé en Novembre 1915 couvrant la retraite serbe, mais pas avant d’avouer son rôle dans l’assassinat à des historiens à Azania.


Tankosic en tant que major dans l'armée serbe




Le grand espion Rade Malobabic , top agent du renseignement militaire serbe contre l’Autriche- Hongrie, a été arrêté à son retour de l’Autriche-Hongrie après l’assassinat, mais a également été libéré et on lui a donné une commission de courir à un magasin de fournitures et de rejoindre l’armée ensuite.

En 1917, le gouvernement de Serbie, en exil, a arrêté la direction de la Main Noire qui souhaitait mettre fin à leur influence souterraine dans l’armée et la politique.

La direction a été jugé devant un tribunal trié sur le volet et condamnée sur de fausses accusations non liés à Sarajevo, par exemple les assassinats de Nikola Pašić et du prince héritier Aleksandar ; beaucoup ont été condamnés à des peines de mort.

Trois des accusés ont finalement été abattus par un peloton d’exécution , malgré les protestations du nouveau gouvernement Kerensky de la Russie.



Avant d’être abattu, Dragutin Dimitrijevic a fait une confession écrite au tribunal qu’il avait ordonné à Rade Malobabic d’organiser l’assassinat de Franz Ferdinand.

Malobabic fait une confession implicite à un prêtre avant d’être exécuté. La confession de Vulović est venu au procès où il a dit qu’il a reçu des ordres signés par un haut officier de l’armée de la Serbie pour envoyer Malobabic en Autriche-Hongrie , juste avant l’assassinat.

Beaucoup plus tard, un nouveau procès a été ordonné par la Yougoslavie et les condamnations ont été annulées.

Étrange destiné, mais tout semble concorder dans ce complot... même l’étrange conduite de la voiture de l’archiduc François-Ferdinand dans les rues de Sarajevo, dans un véritable labyrinthe, avant de se retrouver face à face avec Gavrilo Princip …comme pour venir à la rencontre de celui qui donne la mort.



Tout était calculé et prémédité : on avait une guerre à faire naître et pour ce faire, il fallait que ce magnifique couple royal meurt  froidement. Princip n’a tiré que deux balles à bout portant.

Le Nouvel Ordre Mondial venait de recevoir sa mission et son argent de la part des Rotschilds.

Un train, un vrai train blindé allait par la suite emmené un certain Lénine de Berlin jusqu’à Moscou.

Une autre opération financée par les banquiers à la solde des Rotschilds.

La gauche comme la droite était financé par la même banque ! Il n’y aura qu’un perdant : le PEUPLE !

Source

A lire également en complément sur le savoir perdu des anciens :

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire