Translate

30 oct. 2015

La Mer du Diable



Le triangle des Bermudes est depuis longtemps le siège de disparitions inexpliquées : avions de tourisme, bateaux de pêche, avions de chasse, jets de ligne, navire de haute mer… A l’autre bout du monde, au Japon, il existe une zone semblable.





Ces pertes sont une réelle préoccupation pour les pouvoirs publics qui ont ouvert l’enquête. « Une mission océanographique affréta le Kaiyo Maru, cap sur la Mer du Diable. Huit jours plus tard, le bâtiment disparut comme par enchantement avec son équipage et ses hommes de science ! » Et pourtant, le trafic dans cette zone maritime est intense, comme dans le Triangle des Bermudes. Bien des routes maritimes les traversent. La particularité géomagnétique ne peut donc être mise en cause.






Le long de ces méridiens, la confusion est permanente, semble-t-il, entre le nord magnétique et le nord géographique. Si ce problème était insurmontable, si les corrections indispensables n’étaient pas faites par les navigateurs, les disparitions seraient bien plus nombreuses. Chaque jour, pour des milliers de navires et d’avions, le triangle de Bermudes et la Mer du Diable sont des passages obligés. On ne déroute pas un porte-containers à cause d’une légende, le pétrole est trop cher et le temps trop précieux.
Mais s’il y avait un réel danger, soyez sûr que le Lloyd’s aurait fait interdire le secteur depuis longtemps. Money rules!







D’ailleurs, le nom de « Triangle des Bermudes » n’est même pas reconnu par l’office américain des noms géographiques, ni celui de Mer du Diable par son homologue nippon.



En vérifiant, on constate que le méridien 101°E ne passe pas du tout au Japon, mais nettement plus à l’ouest, où il coupe la Sibérie, la Mongolie, la Chine et le Laos. Si l’on voulait trouver un équivalent du triangle des Bermudes en Asie, il faudrait le chercher en mer, dans cette mer de Chine jadis infestée de pirates : ils profitaient des îlots innombrables pour tendre des embuscades aux navires de ligne qu’ils pillaient et sabordaient avant de rançonner les passagers.









Il faudrait le chercher au sud du Laos, dans le golfe qui le sépare de la Malaisie, ou plus bas encore, du côté de Bali. En fait, les antipodes exactes du triangle des Bermudes sont beaucoup plus au sud, le long du tropique du Capricorne, au large de la côte ouest de l’Australie. Sur la côte, il y a un point remarquable appelé Sharks Bay, la Baie des Requins. Or Wikipedia nous apprend ceci : « Pendant les années 1960, la NASA avait installé une station de poursuite dans le cadre de ses vols Gemini et Apollo. La station a eté fermée et détruite au milieu des années 1970. »





Tiens, tiens ? On avouera que le choix de ce point précis, aux exacts antipodes du Triangle des Bermudes, ne peut pas être le fruit du hasard. Les chercheurs de la NASA avaient un autre but derrière le suivi du programme spatial. Ils ont maintenus des installations pendant dix ans, le temps de voir… qu’il n’y avait rien à voir ? Ou qu’il valait mieux ne pas trop attirer l’attention sur ce point précis ?? A ceux qui se demanderaient pourquoi diable la NASA chercherait la vérité sur le triangle des Bermudes, il faut rappeler que Cap Canaveral n’est pas loin…




En tout cas, la NASA a plié bagage. Shark’s Bay est abandonné. Avis aux explorateurs intrépides qui rêvent de capter un message extraterrestre : la place est libre !

Source : Eden-Saga

NOS SPONSORS

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire