Translate

29 oct. 2015

Les « avions fantômes » au-dessus de l’Europe avant la Seconde Guerre mondiale



Nous avons compilé des rapports sur des « phénomènes anormaux » faisant parti  de renseignements recueillis par les autorités italiennes, françaises et allemandes,  juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.

Ils sont le plus souvent inclus dans les télégrammes et les phonogrammes, plus de cinq cents envoyé à la préfecture de Milan (et même dans certains cas vers les services secrets) en Italie.


Certains d’entre eux font référence à des épisodes les plus bizarres, pour lequel il a été nécessaire d’impliquer de multiples organismes, pour d’autres il est beaucoup plus facile d’assumer une explication conventionnelle (que nous proposons à la marge, pour ajouter à la dimension statistique de la documentation).

Malheureusement, l’utilisation abusive du terme « aéronef » et « air » (en l’absence de ce qui était alors inexistant, l'acronyme OVNI) ne facilite pas l’identification de certains épisodes.

Autour de la preuve recueillie, sont indiqués par les abréviations relatives aux phonogrammes telles que « Fon »  ou télégrammes: « TEL ». 

Les enregistrements sonores n’ont pas été envoyés aux services secrets.
Les articles identifiés par le mot « gris » se réfèrent aux cas les plus insolites, sans doute les OVNI dans le sens strict du terme :







Les archives déclassifiées :

Aujourd’hui nous vous apportons une très petite partie des dossiers OVNIS italiens en les recoupant avec des dossiers allemands et français, plus précisément depuis avant la Seconde Guerre mondiale jusqu’au déclenchement de la guerre elle-même.

Il nous a semblé remarquer qu'un rapport « d’écrasement …de crash d’ovni » (même si on parle d’atterrissage) d’un OVNI en 1933 est un exemple clair de notre accession à l’information et de  le partager avec vous tous, aujourd’hui, que les légendes et la spéculation, nous pouvons faire une réponse fiable et documenté: l’étude du Vril-7 a commencé après que les nazis avaient complété un épais dossier sur « les soucoupes volantes de Mussolini » !

Si les informations du gouvernement italien sont authentiques, cela nous donne de nouvelles forces pour faire reculer juste de 1947 à 1933, l‘histoire du début de l’ufologie italienne qui est composé d’écrits faits par des commissions d’enquêtes gouvernementales et les procédés secrets de dissimulation et de démasquage -c’est un mouvement de renouveau sur le Vieux Continent qui veut briser la primauté des États-Unis, le « soit disant » pays d’origine du phénomène OVNI. 



Pour replacer la naissance et l’origine immédiate de l’ufologie directement en Italie et en Europe. 

Tout a commencé en 1996, quand une enveloppe anonyme destinée à Roberto Pinotti, directeur de l’époque de « Nouvelles OVNI », qui contenait un certain nombre de documents originaux, probablement au cours de la période fasciste, liés à l’observation des «aéronefs non conventionnel» (le terme UFO n’existait pas encore à ce moment-là).

Aujourd’hui,on peut reprendre ces informations en identifiant avec notre « vision nouvelle », les cigares et disques facilement identifiables comme étant « volants et non identifiés ».

A cette époque, Benito Mussolini réunissait un conseil restreint afin de prendre une décision éclairée sur les très nombreux rapports d’observation de ce que l’on appelait déjà des « avions fantômes » ou « avions inconnus » afin de permettre d’effectuer toutes les inspections nécessaires, le même genre que maintenant effectué par le MUFON (aux États-Unis) et le GESPA (en France) pour permettre à l’auteur de prouver l’authenticité de ses observations.



En 2002, c’est l’année ou commence enfin la déclassification des documents ovni en Italie.

Divers documents seront envoyés à de nombreux journaux italiens et américains, parlant d’un « mystérieux crash ovni en 1933 durant le règne de Mussolini en Italie ».

Peu de temps avant l’autre, le matériel avait été envoyé au rédacteur en chef du quotidien « Il Resto del Carlino » de Bologne qui n’avait pas pris en compte l’affaire pensant que cela pourrait être une blague.

En 2012 enfin, l’expéditeur mystérieux que nous appellerons «Monsieur X» a été apparemment ignoré par tout le monde pour des questions de frais de publication du à l’industrie des médias, cette fois en photocopie couleur. 

Il mettra l’accent sur la documentation de ce dernier, c’est-à-dire son texte. Au-début donc, les médias et l’envoyeur voulaient faire des « profits » avec cette affaire...!

Le premier envoi de documents se composait de deux lettres avec l’en-tête du Sénat du Royaume et de trois télégrammes.



La première lettre était une note adressée à un De Santi, qui a été diffusée avec une« note personnelle hautement confidentielle», la seconde était la note, en neuf points avec quelqu’un (je ne sais pas qui) de nommé qui informa immédiatement le préfet.

Ce dernier a ordonné la récupération d’un «aéronef» et qu'on s'occupe de tous les témoins de l’événement grâce à la « section spéciale RS/33 » ayant reçue l’ordre de se présenter dans chaque ville».

Le préfet présenta un rapport à l’Office de l’Université la Sapienza de Rome.

L’organisation météorologique centrale (« pertinence exclusive: RS/33 Cabinet » ) a été empêchée de distribuer le service de presse et au lieu de cela on a détourné le public avec une histoire de météorite céleste, étoile filante....



Et enfin, si la transmission des rapports a été autorisé par la Force RS/33, l’insaisissable Cabinet de la force aérienne a exclu toute autre entité, y compris l’Université pontificale et que les frais engagés soient imputés dans un chapitre donné de l’Académie royale d’Italie.

L’affaire concernait, dans une très sombre mesure, une note qui aurait été classé top secret.

Selon le magazine qui a révélé cette première nouvelle, un ovni s’est écrasé le 13 Juin 1933.

Un examen du document a confirmé ce point de détail important, car c’est plutôt la capture d’un « aéronef atterri » et… pas nécessairement écrasé. 

Ce dernier point a été pris à partir de trois télégrammes texte concis, intitulé « Telegraph Milan » comme la voix de l’expéditeur imprimé « Stefani Agency – Milan », et précise les termes « confidentiel – éclair – la priorité de toutes les priorités ».

Le Directeur général des « Affaires Spéciales » a suggéré une version « pour accommoder » la presse et qui a été également soutenu par la Brera à Milan: l’objet signalé était une météorite qui est tombé au sol. 

Un télégramme plus tard, envoyé à 17.07, indiqua que le Duce avait personnellement ordonné la couverture des nouvelles, la levée des scellés de journaux, la saisie par la Cour de sûreté de l’État d’un mandat d’arrestation pour ceux qui avaient parlé.

Le troisième télégramme de « Monsieur X » adressé aux ufologues par la voie des journaux, leur demande de se libérer pour une conférence mais indique seulement des références vers la version officielle qui sera publiée avant.



Ce type d’aile volante fut souvent aperçue à l’époque que nous relatons.


Voici donc la liste:

16/04/1933 10:10 (gris). Device « ne peut pas identifier » déclenche l’alarme du plan d’urgence de Milan. Le phénomène se répète à 16h20 alors que la patrouille aérienne a de nouveau tiré la sonnette d’alarme.

13/05/1933 18.20 (tel). Bruit suspect entendu à Spluga, à Milan et à Côme. Le phénomène se répète exactement à la même heure, cinq jours plus tard. Avion probable.

19/05/1933 10:20 (tel) : « Billets suspects » (information secrète) de Suisse à Brescia. Les villes de Sondrio, Milan, Brescia et Bresso sont tenues en état d’alerte.

03/06/1933 : Déluge de télégrammes pour un « bogey » (ainsi décrit sur le rapport…une écriture codée ?) à grande vitesse et à haute altitude en quelques minutes dans l’espace aérien de la Suisse, Côme et Milan, qui décrit une trajectoire quelque peu anormale .

Elle est interceptée par terre à 10.00 (Sondrio), à 10.10 (Montespluga) à 10.22 (de l’Assemblée législative Milan), à 10.30 (Portoceresio).

À 11.50 la même arme (sic (!) ou similaire) pointe vers la Suisse (à l’époque). Le déploiement de forces est remarquable.

Pour «cinq alertes» d’un phonogramme, l’officier de renseignement Agosti affirmera que l’alarme a été commandé par la station de l’armée de l’air  près de Milan, en Via Solferino.



08/06/1933 12:27 (tel) : Portofino rapporte un « avion inconnu » se dirigeant vers le nord-ouest.

13/06/1933 : (deux numéros de téléphone différents). Dans la matinée, un « avion fantôme » se dirigeant de Spluga vers  Milan.

23/06/1933…09:20 (tel) : « Signaux mystérieux » dans le ciel de Pleavano et  confirmés de la brigade d’avion directement depuis la Suisse vers Côme et Milan.

Dans un autre télégramme de 20.25 à Pontechiasso, on signale un « avion fantôme » à Milan.

28/06/1933 …(gris) : L’officier militaire Soati, à Milan, de la Légion de Défense Antiaérienne, dément le passage d' « avions suspects » sur la ville, après deux phonogrammes d’avertissement envoyés à 10.45 et 11.13.

(Message envoyé:) Où est l’« avion mystérieux » ?

01/07/1933 …3 heures (gris) : Le correspondant John Errington met en garde contre une « frappe aérienne ». Aucun autre détail n’était disponible.

07/08/1933… 10:55 (tel) : Des « avions fantômes » sont signalés sur le chemin de  Vlora (Albanie sous la protection italienne).

17/08/1933 à 17h25 (gris) : Un « appareil inconnu » signalé à Milan. La patrouille aérienne part à sa rencontre, en état d’alerte.

08/09/1933 10:10 (tel) :« Avion fantôme » à haute altitude au-dessus de Luino et Varèse, Italie.



23/09/1933… 17:45 : (source). « Avions fantômes » au-dessus  de Milan, qui se déplacent du nord vers l’est.

L’officier militaire Pagani (II ° Légion Milan) est alerté pour déclencher l’alarme pour la patrouille d’interception.

04/03/1934… 14h00 (sept appels) : « Avion fantôme » au-dessus d’Imperia, Italie. La « bombe volante » (ainsi décrite) a été signalée à 14.12 à Savona quand soudain, elle change de direction et disparaît dans la rivière Mont-Vierge.

A 14.20, il a été signalé l'évolution d’une « bombe volante » au-dessus de Gênes, puis elle a disparu de la vue.

Il est rapporté que à 13.32, la « surveillance aérienne » de Gênes a vu « trois hydravions inconnus ».

D’autres appareils inconnus avaient survolé la capitale de la Ligurie, à 11:28. Encore d'autres observations à 9.29 et 18.58 de Capo Mele (Messages). Alertes données à tous les bureaux de Milan.

04/04/1934… 13:26 (tel) : « Avion inconnu » au-dessus de Savona,Italie.

Aurait reculé et disparu en altitude.

05/04/1934… 16.15 (tel) : Trois « avions fantômes dans le ciel  de Gênes (modèle inconnu) .

À 16.30, les dits « avions fantômes » sont signalés à Imperia, Italie.

12/04/1934… 17:52 pm (tel) : Au-dessus de Imperia, Italie, on signale à nouveau un  « Bogey ».



16/04/1934 …22:23 (tel) : Plusieurs « Avions fantômes » à Capo Mele, Italie (notre photo).

À 16.40, à Milan la police a signalé un bruit d’explosion dans le ciel près de Varèse.

20/06/1934… 16:49 (tel) : Un « Bogey »  est à nouveau signalé près de Capo Mele, Italie.

24/07/1934… à 8h55 (tel) : Un bruit  suspect dans le ciel… et une « Bombe volante »  « n’a pas pu être identifiée » par un nombre élevé de témoins, près de Sondrio, Italie (encore).

Aucun avertissement d’alerte anti-aérienne mais le « rassemblement civil » est signalé immédiatement par les « Services de Renseignement Italien » au  ministère de la sécurité Intérieur, à Rome.

18/10/1935… 10:45 (tel) : Le « détachement de Boccio Pellice » signale un « avion fantôme » en montée continuelle au-dessus de Colle della Gianna (TO), Italie.

16/05/1936 …15:30 (cinq images différentes) : On parle d’un « avion inconnu »  Savona, Capo Mele. Inverser soudainement et disparaît de la vue.

La même pompe, ou autrement, ont été signalés à 15.10 à Mortola Point, Cape armes à 15.16 et à Bordighera à 15.18

A 15.30 le télégramme de visée a été envoyé à deux reprises par le préfet Oliveri Savona dans la préfecture de Milan, Intelligence, aéroports et Taliedo Lonate Pozzuolo puis à tous les préfets du royaume.

17/05/1936… 21:09 (tel) :Un « avion  inconnu » est signalé à  Bordighera et aussi à Imperia où il y aura une autre observation à 9.18.

22/06/1936 …24:09 (tel) : Une « bombe volante  » signalée à une grande hauteur sur Varese. La sécurité aérienne et les services de sécurité ne sont pas alertés.

28/06/1936 …08:43 (tel) : Six « avions fantômes »  aperçus près  de Mortola (IM) à l’est.

07/02/1936… 22:43 pm (tel) : Un « avion inconnu » signalé  à Monte Circleville. La sécurité n’a pas alerté le ministère de l’Intérieur.

17/07/1936… à 15:20 (tel) : Un avion inconnu au-dessus de  Mortola. Phénomène semblable à 15.50 dans le Capo Noli. Même appareil probablement.



Dans les archives secrètes allemandes, un chercheur retrouvera cette photo d’un « disque volant » au-dessus du Reichstag (1936).



Le RFZ-1 est le premier véritable appareil développé par Maria Orsic à partir des débris récupérés à Fribourg en 1936.


Un événement important : Le crash ovni de Fribourg en 1936

29/07/1936… 15h00 (tel) : Un « disque volant  » a survolé le territoire de la France à partir des Pays Basques.

Puis il survole Vintimille à très basse altitude (600 mètres) puis viole la zone militaire de Gouta et de Bayard.

Malgré la faible altitude, aucun des observateurs militaires n’est capable d’identifier le modèle de l' « avion Fantôme », ni sa nationalité.

Par un étrange « hasard », aucun média ne sera sur place pour faire un communiqué.

L’électricité manque et de nombreux appareils tombent en panne (pour un blackout... pas de  journaliste sur les lieux ?).

Le quartier général des gardes-frontières italiens au nord de l’Italie pourra entendre le bruit de l’appareil et alertera plus tard les préfectures de La Spezia et Imperia.

L’alarme est donné partout au sujet de  « l’avion fantôme » (en fait un disque volant).

En Allemagne, Maria Orsic, la grande voyante et grande prêtresse de la Société du Vril, entre en transe. Elle écrira avoir reçu un message télépathique des occupants de l’appareil.

À la tombée du jour, elle avertit le Reichführer Heinrich Himmler par téléphone qu’un appareil volant en forme de disque... venant d’un autre monde, va s’écraser en Forêt Noire.

Himmler qui a une confiance aveugle en Maria Orsic, va mobiliser tout son monde à portée de main.


Maria Orsic



Vers 18h00, sous un ciel nuageux et sombre, un ovni s’écrase près de Fribourg en pleine Forêt Noire.

Curieusement, ce sont les grandes prêtresses de la Société du Vril et un détachement de la SS qui seront les premiers sur les lieux.

Les officiers crieront des ordres à haute voix, les civils et les curieux seront éloignés pendant que deux camions seront chargés à plein, des débris et morceaux de l’appareil.

Il y aurait eu au moins un survivant parmi les occupants de l’appareil.

Tout le matériel sera envoyé au Château de Wewelsburg.



Le Führer aurait été mis en présence du « survivant de l’écrasement ». Quelques jours plus tard, il se réveillera vers 2h30 du matin en criant devant ses aides et gardes du corps: « J’ai vu le surhomme…et j’ai tremblé devant lui ! ».

Grâce à cet événement inespéré, la technologie militaire et scientifique allemande va connaître un envol extraordinaire.

Maria Orsic est à l’origine de la mise au point du premier « Ovni Nazi » !


Voir article : Le Soleil noir : Ahnenerbe, expéditions et technologies secrètes SS




C’est à la suite du crash ovni de Fribourg que fut développé le projet de disque volant Schriver-Habermoth



03/08/1936… 18:34 pm (tel) : Un  « avion inconnu » à Punta Mortola (IM).

10/08/1936 à 17:08 (tel) : Un « avion inconnu »  à Punta Mortola (IM).

19/08/1936 …vers 16 heures (tel) : De nombreux  « avions fantômes » aperçus au-dessus de Capo Mele. Plan de Prob.

27/08/1936… 09:45 am (tel) : Des « avions fantômes  »  signalés à Capo Mele. Plan de Prob.

30/08/1936… 12:34 (tel) : Plusieurs  « avions inconnus » signalés au-dessus de Capo Noli. Plan de Prob.

31/08/1936… 10:35 (tel) :  Un « avion  inconnu » signalé par un autre pilote au-dessus de  Capo Noli, Italie, sur un vol régulier.

Un autre rapport de Gênes à 11.08 (pas d’alerte auprès de la sécurité aérienne).

01/09/1936… 20:25 (tel) : À  Bordighera, nord de l’Italie, une « bombe volante » signalée se dirigeant vers le nord-est sur un vol régulier.

08/09/1936… 23:19 (cryptage tél.) : Un « avion fantôme » signalé près de Portofino. La sécurité n’est pas alertée.

22/09/1936… 15:37 (tel) : « Avions fantômes », modèle inconnu à  Capo Noli, Italie.

13/10/1936… 20:17 (tel) : « Avion fantôme et confusion »... le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité à Rome a été averti.

30/10/1936…12.25 (tel) : Un « avion fantôme » d’un modèle inconnu près de  Capo Noli. Plan de Prob.


Un RFZ III observé en Antarctique



22/01/1937 10:45 (tel) : « Avion fantôme inconnu »…survole Bordighera, Italie. Plan de Prob.

13/03/1937 …vers 13h00 au (tel) : « Avion (sic) inconnu » au-dessus de Savona.

18/02/1937… 24:42 (tel) : Un « très étrange appareil en forme d’hydravion  inconnu » vu par l’Observatorio del Capo Noli.

13/03/1937… 10:16 au (tel) : Un  « avion fantôme » survole Bordighera, vu par de nombreux témoins. Plan de Prob.

05/01/1937 …11:10 (tel) : De Mystérieux « bruits  d’avions » au-dessus de Turin.

10/05/1937 …09:33 (tel) : De « mystérieux  bruits d’ avions » au-dessus de Capo Mele.

19/08/1937… 15:55 (tel) : Une extraordinaire « bombe volante » survole la France  jusqu’à Turin, volant à haute altitude.

12/11/1937… 14:55 (tel) : Autre « bombe volante spectaculaire ». Toutes les préfectures de l’Italie et de l’aéroport de Mirafiori jusqu’à Turin, ont été alerté.


Conclusion

C’est comme dans notre période de temps actuel (2010-2015) : nous faisons face à une grande vague d'ovni juste avant le déclenchement possible d’une grande guerre mondiale.

Est-ce le fait d’une technologie « développée » par une puissance militaire en secret ou influencée par une autre puissance…venue d’ailleurs ?

Cette puissance diabolique contrôle t'elle maintenant encore les Illuminati qui sont responsables de la domination du Nouvel Ordre Mondial ?




NOS SPONSORS

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire