Translate

4 déc. 2015

La révolution russe et la guerre froide sous un angle plus ésotérique



La révolution russe de 1917 qui a eu lieu pendant la Première Guerre mondiale a mené à la formation de l'Union soviétique, et plus tard à la guerre froide.

Un des thèmes constants de manipulation utilisés par la Fraternité à travers les siècles est la création de monstres que les peuples doivent craindre, ce que la Fraternité a fait avec la création du communisme en Union soviétique et en Chine.


La hiérarchie de ces deux régions a un engrenage dans les réseaux et les lignées de la Fraternité (note de T-E : comprendre qu'il s'agit ici du haut du sommet à savoir les 13 grandes familles qui dirigent le monde depuis des siècles voir plus) mais, évidemment, les peuples n'en sont pas informés.

Le public croyait que la puissance des États-Unis était opposée à celle de l'Union soviétique parce que l'un était capitaliste et l'autre communiste.

C'est faux. Ce sont des cartels différents, c'est tout. Ils sont contrôlés par les mêmes individus.

Le communisme a été créé par Wall Street et par Londres afin de produire une énorme peur et un vaste conflit qui ont été utilisés pour obtenir un effet maximal afin de faire avancer le Plan.



Comme toujours, cela a été planifié longtemps avant la sortie de l'événement en public. Le manifeste du parti communiste a été écrit par (ou pour...) Karl Marx et Friedrich Engels.

Marx était l'étudiant de l'occultiste allemand Bruno Bauer (Rothschild) et il s'est marié dans les lignées de sang de l'aristocratie écossaise.

Certains de ses écrits sont fortement antisémites, ce qui paraît contradictoire parce qu'il était prétendument un Juif. Mais il ne l'était pas.

Il était d'une lignée « aryenne » exécutant sa tâche pour la cause.

Pendant toutes ces années, l'extrême gauche politique a vénéré Marx comme étant « un homme du peuple » alors que, depuis le début, il était un homme qui voulait emprisonner le peuple.


Engels et Marx



L'action a commencé en Russie lorsque les Rothschild ont manipulé le tsar Nicolas II afin qu'il s'engage en 1905 dans une guerre contre le Japon.

Pour ce conflit, les Rothschild européens ont prêté de l'argent aux Russes pendant que la ramification américaine, la Kuhn Loeb & Company, finançait les Japonais.

La guerre a anéanti l'économie russe, notamment pour le remboursement des Rothschild (sans compter les intérêts...), et a contribué à alimenter la rébellion qui débutait.




Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé et que la Russie s'y est engagée contre l'Allemagne, l'approvisionnement en armes des Russes a immédiatement été retardé par les entreprises des Rothschild, comme la Vickers Maxim, et les soldats se sont finalement mutinés.



La Vickers Maxim était contrôlée par Ernest Cassel, un associé de la Kuhn Loeb & Company, et les plus gros actionnaires étaient les Rothschild.



La fille d'Ernest Cassel s'est mariée avec Lord Mounbatten (Ramsès-Piso-Bush), un Rothschild qui a planifié le mariage de la reine Elisabeth II avec son neveu Philippe, le duc d'Edimbourg.

Les lignées de sang se croisent entre elles de manière fantastique.
La révolution russe a mis fin à 300 ans de pouvoir de la dynastie des Romanov, laquelle a commencé à régner au XVIIe siècle avec Michel Fedorovitch (dynastie des Romanov).


La famille Romanov avant son massacre, Nicolas II est au centre.



On pense qu'il était supporté par l'occultiste rosicrucien Dr Arthur Dee ainsi que par les services secrets britanniques.

Arthur Dee était le fils du Dr John Dee, l'infâme astrologue de la reine Elisabeth l ère. Mais ces familles sont toutes subordonnées au Plan, et à ce moment-là, c'était au tour des Romanov de partir...

Le même phénomène s'est produit avec la dynastie Habsbourg et Hohenstaufen à la même période.

L'infrastructure a été en place longtemps pour que les Romanov ne soient pas délogés du trône avec la franc-maçonnerie, les Rosicruciens et autres sociétés secrètes qui ont fleuri en Russie dès la seconde partie du XVIIIe siècle.

Le premier coup pour déloger les Romanov a été porté par Aleksandr Fedorovitch Kerenski, un maçon financé par Wall Street et Londres.

Puis une seconde vague plus brutale a frappé, menée par Trotski et Lénine. Trotski a quitté l'Allemagne pour vivre à New York et c'est de là, ainsi qu'au cours de son voyage en Russie, qu'il a provoqué la révolution bolchevique.



Il est entré en Russie avec un passeport américain que le président Woodrow Wilson lui avait procuré ainsi que 10 000 $ US en poche, offerts par les Rockefeller.

Il a été rejoint en Russie par Lénine à qui on a offert un passage sécuritaire dans un train fermé et interdit d'accès de la Suisse jusqu'en Allemagne, vers la Suède.

Une forte propagande bolchevique a été financée par les Allemands. Pendant que Lénine, Trotski et les autres condamnaient publiquement le capitalisme, ils étaient financés par les banquiers de la Fraternité situés à Wall Street et à Londres, ces mêmes personnes qui ont par la suite soutenu Hitler...

Dans son autobiographie, Trotski évoque certains de ces prêts, dont plusieurs étaient organisés par la Table Ronde d'Alfred Milner et Alexander Gruzenberg (dont le vrai nom était Michael), l'agent dirigeant des bolcheviques en Scandinavie.

Celui-ci était un conseiller confidentiel pour la Chase National Bank de New York possédée par J.P. Morgan (Payseur).

Un des intermédiaires les plus actifs entre les bolcheviques, Londres et Wall Street
était Olof Aschberg, qui est devenu connu comme le « banquier des bolcheviques ».



Il était propriétaire de la Nya Banken qui a été fondée à Stockholm en 1912. Le concessionnaire londonien d'Aschberg était la North Commerce Bank, présidée par le comte de Grey, un autre membre de la Table Ronde et ami de Cecil Rhodes...

Un des associés d'Ashberg était Max May, le vice-président du Guaranty Trust de
J.P. Morgan (Payseur), et dirigeant des exploitations outre-mer.

En 1915, l'American International Corporation a été formée afin de financer la révolution russe. Ses directeurs représentaient les intérêts des Rockefeller, de la Kuhn Loeb & Company (Rothschild), des DuPont, des Harriman ainsi que ceux de la Réserve Fédérale.

Il y avait également George Herbert Walker Bush, le grand-père de George Bush.

Les Rothschild finançaient directement la révolution par le biais de Jacob Schiff de la Kuhn Loeb & Company. Les banquiers internationaux de la Fraternité de Grande-Bretagne, des États-Unis, de Russie, d'Allemagne et de France se sont rencontrés en Suède au cours de l'été 1917.



Ils ont donné leur accord à ce que la Kuhn Loeb & Company dépose 50 millions $ US dans un compte bancaire suédois pour l'usage de Lénine et de Trotski !

Dans un article du 3 février 1949 paru dans The New York American Journal, le petit-fils de Jacob Schiff a dit que son grand-père avait payé 20 millions $ US additionnels à deux « révolutionnaires ».

Le paiement de 20 millions $ US fait aux bolcheviques par Elishu Root (avocat de la Kuhn Loeb & Company etancien ministre d'État) par le biais d'un « fond spécial de guerre » est répertorié dans les archives du Congrès du 2 septembre 1919.

Cet investissement ne desservait pas uniquement le Plan de la Fraternité ;
il permettait de réaliser d'incroyables profits !

Certains chercheurs suggèrent que Lénine aurait remboursé entre 1918 et 1922 à la Kubn Loeb & Company un équivalent en rouble de 450 millions $ US !

Ce n'est rien en comparaison des profits générés par l'exploitation du sol russe, de son économie et de son peuple, dont le vol de l'or et des biens financiers du tsar, lesquels ont été retenus et extorqués par ces mêmes banques qui ont financé la révolution !

La Russie, comme le reste du monde, a été pillée et violée. Il y a tant de choses à dire. Je vous réfère à mon livre And the Truth Shall Set You Free.



Je désire toutefois vous en faire voir suffisamment à propos de la révolution russe, qui était une autre opération de la Fraternité...

Le communisme jouerait également un rôle contre le fascisme (qui est en fait la même chose...) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Lorsque celle-ci s'est terminée, le monstre soviétique et la peur qu'il engendrait ont été utilisés pour manigancer d'autres événements mondiaux et justifier les effarantes dépenses pour l'arsenal militaire, armement acheté à ces mêmes compagnies d'aviation et d'armement dont les grandes familles étaient propriétaires.

Par conséquent, ils se sont assurés qu'il y ait égalité entre les puissances américaines et soviétiques, ou que la Russie soit légèrement en avance.

De cette manière, ils créaient la peur dans les deux camps et les encourageaient à acheter toujours plus d'armes de leurs compagnies, des armes de plus en plus coûteuses - d'aller aussi vite que les Russes...

La guerre froide est un cas de manipulation classique. Les gens de l'ouest étaient terrifiés par l'Union Soviétique, et le peuple de l'Union soviétique était terrifié par l'ouest, pendant que les deux pays étaient contrôlés secrètement par les mêmes gens...



Au coeur de cela, il y a eu l'émergence de l'armement nucléaire de la Seconde Guerre mondiale grâce au projet Manhattan en Amérique dirigé par Robert Oppenheimer.

Le projet Manhattan était soutenu par Vlnstitute for Advanced Study de l'Université de Princeton, institut contrôlé par la Fraternité.

Albert Einstein y était un visiteur régulier. Einstein, qui a oeuvré au développement de la bombe atomique, était en étroite association avec Bernard Baruch et lord Victor Rothschild (COM300), l'homme qui a contrôlé les services secrets britanniques pendant plusieurs décennies.

Rothschild a utilisé ses contacts pour fournir à Israël le procédé de fabrication des armes nucléaires.

Mais, bien entendu, si les États-Unis possédaient ces armes dévastatrices et que les Russes ne les avaient pas, il ne pouvait pas y avoir de guerre froide... donc la connaissance technologique devait leur être transmise !



Pavel A. Sudoplatov, la tête dirigeante des services secrets soviétiques, a confirmé à propos du problème atomique de la Seconde Guerre mondiale qu'Oppenheimer fournissait des informations sur la bombe à l'Union soviétique pendant la guerre.

Le physicien allemand Klaus Fuchs a travaillé sur le projet Manhattan après s'être envolé de l'Allemagne vers la Grande Bretagne en 1933.

Fuchs, un associé de Victor Rothschild, a été plus tard emprisonné pendant 14 ans pour avoir fourni les secrets atomiques américains et britanniques aux Russes.

J'ai su de la part de personnes que j'ai rencontrées dans la communauté des services secrets aux États-Unis, et par d'autres chercheurs et écrivains, que les techniques de fabrication des armes nucléaires ont été passées des États-Unis à l'Union soviétique au cours de la guerre froide, mais de surcroît cela a été fait au cours des conférences de Pugwash inspirées pas Einstein, et Bertrand Russell, (COM300, issu de la lignée des Russell).



Le nom « Pugwash » provient du nom du domaine de l'industriel Cyrus Eaton, où les conférences se sont tenues.

Eaton a débuté sa carrière en tant que secrétaire de J.D. Rockefeller et est ensuite devenu un partenaire d'affaires de la dynastie Rockefeller.

En 1946, l'ami d'Einstein, Bertrand Russell, a dit qu'il était indispensable d'utiliser la peur des armes nucléaires pour forcer les nations à abandonner leur souveraineté et pour qu'elles se soumettent à la dictature des Nations Unies...

En fin de compte, l'échelle temporelle du Plan a atteint un point où les pays de l'Union soviétique devaient s'amalgamer dans l'Union européenne et l'OTAN, en correspondance avec le plan d'un gouvernement mondial et d'une armée mondiale.

Cela ne pouvait pas se faire tant que l'Union soviétique était là et qu'elle était perçue comme un « empire malveillant ».



Pour ce faire, est arrivé Mikhaïl Gorbatchev, un associé subordonné de deux manipulateurs de la Fraternité ; Henry Kissinger et David Rockefeller. C'était son rôle de jouer au mec débonnaire et de faire éclater l'Union soviétique !

Le mur de Berlin est tombé et les gens ont cru que c'était un souffle de vent pour la liberté.

Ce n'était qu'une autre étape sur le chemin de la domination mondiale !

Gorbatchev a quitté la politique, mais dirige actuellement la fondation Gorbatchev, financée par la Fraternité, qui met sur pied de prestigieuses conférences réclamant un gouvernement mondial...


Source : « Le plus grand secret » de David Icke, Tome 1, Chapitre 11.





NOS SPONSORS

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire