Translate

20 mars 2016

Le mystère des cartes de Piri Reis



Il existe de par le Monde, un nombre étonnant de faits anciens, qui dans l'état actuel des connaissances, ne s'expliquent pas, comme par exemple, les murs cyclopéens de Bimini, découverts en 1969 dans les Bahamas, les boules parfaites de granit de 12 tonnes découvertes dans les forêts du Costa Rica, les surprenants tracés de la plaine de Nazca dans les Andes péruviennes dont certains font près de 15 km de long,...



Mais, ( d'après le Numéro 29 d'Aout 1966 de la revue hélas disparue "Planète") les cartes de Piri Reis possèdent cependant, un si haut degré d'étrangeté, qu'elles posent actuellement, la plus troublante des questions sur les civilisations disparues. 



Le 9 novembre 1929, Mr Malil Edhem, Directeur des musées nationaux turcs en faisant un inventaire de tout ce que contenait alors le fameux Musée de Topkapi à Istanbul, découvrit deux cartes du monde dans un ouvrage intitulé le "Bahiyre" et dont l'auteur était un certain amiral de la flotte turque Piri Ibn Haji Memmed, nommé de nos jours, Piri Reis un célèbre héros du XVIe pour les turcs et un vrai pirate pour les autres et qui relate avec force détails, les conditions dans lesquelles il réalisa les différentes cartes (215 au total) de son livre de mémoires, le "Bahiyre";.





Piri Reis était un homme cultivé, remarquable homme de mer qui contribua à asseoir la suprématie maritime incontestée alors de l'Empire Ottoman. Il élabora ainsi deux précieuses cartes du monde, l'une en 1513, et l'autre de 1528. (Voir l'image ci-dessous:)

Celle de 1528 placée à droite, dont on ne voit qu'une portion, fut établie sous le règne de Soliman le Magnifique. Piri Reis était un savant très méticuleux, et par exemple dans la préface de son "Bahiyre", il évoque longuement sa première carte dessinée dans sa ville natale Gelibolu du 9 mars au 7 avril 1513 et déclare avoir compulsé toutes les cartes existantes connues de lui, certaines très secrètes et très anciennes, (une vingtaine environ), que sa connaissance du grec, de l'italien, de l'espagnol et du portugais, lui a grandement permis d'en tirer profit. 

Il révèle aussi, qu'il a eu en sa possession, une carte établie par Christophe Colomb, lui même, et qu'il avait obtenue d'un marin du Génois, capturé par Kemal Reis, son oncle. Il affime ainsi que Christophe Colomb, n'a fait que redécouvrir l'Amèrique, et qu'il a eu en sa possession un ouvrage datant d'Alexandre le Grand, révélant qu'au bout de la Mer Occidentale (c'est à dire aujourd'hui l'Océan Atlantique), tout à fait à l'ouest, il y avait de nouvelles côtes et des iles couvertes de métaux et de pierres précieuses et il affirme surtout, que, si Christophe Colomb offrit aux indigènes de la première île découverte, de la verroterie, c'est parce-qu' il savait, aux dires de cet ouvrage, que ces gens adoraient cela.




MYSTERIEUSE CARTE VIKING 

Cette carte est conservée à l’université de Yale (Connecticut), son authenticité est contestée. La controverse a inspiré le réalisateur Kenton Vaughn, qui a décidé de mener l’enquête. La Mystérieuse Carte viking donne la parole à des historiens et à des scientifiques en quête de la vérité. Deux théories sur l’auteur s’affrontent, mais aucune ne peut être prouvée. 


Voilà déjà un détail extraordinaire, qui semble-t-il n'a jamais en effet encore été commenté ouvertement par les spécialistes. Et Piri Reis cite, en plus des Vikings bien connus, qui ont abordé l'Amèrique avant Christophe Colomb, Sanvobrandant devenu plus tard St Brandant, le Portugais Nicola Giuvan puis Anton le Génois etc...

Les cartes de Piri Reis découvertes, sont sur parchemin en couleur, enluminées et enrichies de nombreuses illustrations et de portraits de souverains de divers pays et les légendes sont en turc. Les spécialistes turcs, nostalgiques de l'époque faste de l'Empire Ottoman se penchèrent sur ces cartes avec précaution et dévotion sans en tirer, pour cela, des conclusions notoires, mais ils en firent des reproductions qui furent dirigées de par le monde, vers les bibliothèques qui en firent la demande. 

Et c'est alors qu'en 1953, qu'un officier du Service hydrographique de la US Navy, le Captain Arlington H. Mallery, qui se penchait depuis des années sur l'étude des cartes très anciennes, en cherchant à décoder leur système de projection, tomba en extase sur les copies des cartes de Piri Reis qu'il avait pu se procurer.








Il avait déja en effet constaté qu'une carte très ancienne ( la carte de Zeno,1558), malgré ses dissemblances d'avec les cartes modernes, était basée sur des réalités, longtemps oubliées, ou mêmes disparues, car cette carte montrait, par exemple, que la terre du Groenland était divisée (sous l'épaisse couche de glace qui la recouvre) en trois parties, ce que venait de découvrir en 1951, une expédition française dirigée par Paul Emile Victor.

La carte de Zeno ( 1380 recopiée en 1558 ) montre le Groenlandsans glaces, avec ses montagnes et des îles inconnues.

Nicolo Zeno dessina une carte de l'Atlantique nord qui s'avéra très influente. Elle aurait été basée sur les voyages océaniques effectués par des membres de la famille du cartographe dans les années 1380, quoiqu'il n'existe aucune preuve que ces voyages aient effectivement eu lieu.

La plupart des caractéristiques géographiques qui figurent sur cette carte sont positionnées à une latitude trop septentrionale, ce qui, plus tard, confondit les cartographes et amena Frobisher à croire qu'il avait visité l'île dite de Friesland alors qu'en fait, il s'était rendu au Grœnland


Carte : Nicolo Zeono









Arlington Mallery eut donc immédiatement l'intuition que ces cartes de Piri Reis recélaient également un mystère fascinant. Aidé de spécialistes en cartographie comme le suédois Nordenskjöld qui mit 18 ans pour établir la correspondance du système de projection des parchemins martimes, (les portulans) avec celui de la cartographie moderne, Mallery fut convaincu que les cartes de Piri Reis montraient, d'une part les côtes orientales de l'Amèrique, pourtant bien dessinées avec les longitudes parfaitement exactes, alors que Christophe Colomb ne savait pas les calculer, mais d'autre part, ces cartes montraient aussi, vraiment, les rivages de l'Antarctique et du Groenland, mais cependant, dans l'état où ces rivages se présentaient avant la glaciation actuelle des pôles.

En effet, d'après les techniques modernes (gravimétrie, sondages sismiques, etc...), réalisées par les expéditions polaires de divers pays qui ont pu ainsi sonder sous les 3300 m de la glace de l'Antarctique et les 4500 m de celle du Groenland, les conclusions de Mallery furent formelles: Le Groenland, tel qu'il est dessiné par l'amiral Piri Reis, correspondait aux lignes de relief trouvées par ces expéditions polaires et en particulier aux deux étranglements médians qui partagent ce territoire en trois parties, ce que révélait déjà, on le sait, la carte de Zeno.

De plus, dans la carte de Piri Reis de 1513, le rivage qui prolonge si longuement celui de l'Amérique du Sud, ne pouvait qu'être que celui de l'Antarctique tel qui est actuellement à plus de trois mille mètres sous les glaces. Arlington Mallery prit alors le soin de suivre la carte, millimètre par millimètre et d'établir chaque fois la comparaison avec les données modernes.







C'est ainsi qu'il constata, par exemple, deux baies notées sur les cartes de Piri Reis à un endroit de la Queen Maud Land du rivage antarctique, alors que la carte récente de l'Antarctique établie par un certain Peterman en 1954 ne montrait que de la terre ferme. Mallery posa si bien le problème au Service Hydrographique Américain, que des techniciens de haut niveau, entreprirent des sondages sismiques de vérification à cet endroit. Et, quelle fut leur surprise? c'était la carte de Piri Reis qui avait raison.

 Nous nous trouvons donc maintenant devant un dilemme inévitable, à savoir, soit que les documents(portulans) ayant servis à Piri Reis à établir les cartes de 1513 et 1528 de son Bahiyre, ont été élaborés avant le quinzième siècle, par une civilisation inconnue assez proche de nous, mais capable aussi, comme nous, de sonder sous la glace polaire, soit aussi, et cela est encore plus extraordinaire, que les données exactes de ces documentsont été élaborées avant la dernière période glaciaire qui a débuté il y a plus de 10000 ans. 

A cette époque régnait, d'après la science officielle, l'homme de Cro-Magnon qui ne connaissait, ni le travail des métaux, ni la culture de la terre, ni même la domestication des animaux et donc il ne pouvait aucunement réaliser des recherches cartographiques aussi pointues qui nécessitent, d'une part des explorateurs et des techniciens particulièrement compétants et organisés et surtout d'autre part, vue l'immensité du territoire, des moyens de locomotion allant de l'automobile à l'avion..





Le professeur Charles HAPGOOD, géographe et géologue du Keen State College de l'Université du New Hampshire a réexaminé, avec ses étudiants, en détail, toute cette affaire et a publié à ce sujet, un imposant ouvrage , réédité en 1981 aux éditions du Rocher, préfacé par Rémy Chauvin et Paul Emile Victor et intitulé :"Les cartes des anciens rois des mers"; sous-titré:"Preuves de l'existence d'une civilisation avancée à l'epoque glaciaire" sous-titre très insolite qui ne peut que nous inviter, à nous interroger sur le Passé fabuleux de notre planète dont la richesse nous surprendra, longtemps encore.




Conclusion sur la carte de Piris reis.


L'île de Marajo à l'embouchure de l'Amazone n'a été découverte qu'en 1543.

 Les îles Malouines ne seront découvertes qu'en 1592.

 Les Andes sont représentées, elles ne sont pas encore connues.

 Le Lama, mammifère typique de l'Amérique du sud, est peint sur les Andes, il a été identifié en 1598 par les Espagnols.

 Les grandes îles au-dessus de l'équateur, inconnues, correspondent aux haut-plateaux sous-marins des îlots St Pierre et St Paul, sur la Grande Dorsale Atlantique ( ont personne ne soupçonnait l'existence).

 On y voit les côtes de l'Antarctique qui ne sera découvert qu'en 1818 soit 300 ans plus tard.

 L'Amérique du sud est reliée à l'Antarctique par un isthme qui a disparu il y a 10 000 ans.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire