Translate

4 sept. 2016

L’ancien secret du svastika et l’histoire cachée de la race blanche, suite (Partie 5)

Ce qui suit est la dernière partie ! Grand bravo à Hélios pour tous ses efforts dans la confection d’une traduction propre et inteligente.
La quatrième partie se trouve ici

Hitler et le Troisième Oeil

Il est intéressant qu’ayant accepté nombre d’idées de Blavatsky, les leaders occultes d’Allemagne reconnaissent aussi le Troisième Oeil, et même croient aux explications de Blavatsky de ses anciennes origines atlantes.



On peut trouver des descriptions de l’oeil dans les écrits de plusieurs chefs nazis. Hitler y a fait une référence indirecte dans Mein Kampf (« Mon combat ») :

« Toutes les cultures humaines, tous les résultats de l’art, de la science et de la technologie que nous voyons aujourd’hui, sont presque exclusivement le produit créatif de l’aryen…lui seul fut le fondateur de toutes l’humanité supérieure…il est le Prométhée de l’humanité du front duquel une étincelle divine de génie a jailli de tout temps… »

– Adolf Hitler, Mein Kampf, 1925

La croyance d’Hitler en le Troisième Oeil a été affirmée par Hermann Rauschning, ancien président national socialiste du sénat de Danzig. Dans Hitler parle (Londres 1939), Rauschning écrivait :

« Posséder « la vision magique » était apparemment l’idée d’Hitler sur le but du progrès humain…Il y avait l’oeil des cyclopes, ou œil médian, l’organe de la perception magique de l’infini, maintenant réduit à une glande pinéale rudimentaire. Des spéculations de ce genre fascinaient Hitler et il sera parfois entièrement plongé dedans. »


– Hermann Rauschning, Hitler parle



D’autres preuves de sa croyance en le Troisième Oeil se trouvent dans le livre Conversation secrètes avec Hitler, transcription de dialogues et discussions confidentiels qui se sont passés à son quartier général entre juillet 1941 et novembre 1944, enregistés pour la postérité. Hitler disait :

« Dans toutes les traditions humaines…on trouve mention d’un immense désastre cosmique…de mon point de vue la chose n’est explicable que par l’hypothèse d’une catastrophe qui a complètement détruit une humanité qui possédait déjà un haut degré de civilisation. Les fragments de notre préhistoire sont peut-être juste des reproductions d’objets appartenant à un passé plus distant, et c’est au moyen de ceux-ci, sans doute, que la route vers la civilisation a été redécouverte…. »

– Trevor-Roper, Hitler’s Secret Conversations

La croyance d’Hitler en le Troisième Oeil prouve juste l’importance de l’influence des écrits de Blavatsky en Allemagne avant la montée au pouvoir d’Hitler. Nombre de ses idées sont exactement parallèles à celles de Blavatsky, y compris le logo svastika, l’idée de la primauté et de l’ancienneté de la race aryenne et une civilisation antédiluvienne oubliée hautement sophistiquée.

Des équipes d’anthropologues, d’archéologues et de spécialistes de l’occultisme nazis furent dispersés en extrême-orient, et au Tibet pour découvrir une preuve de l’histoire aryenne. Leurs découvertes ont formé la base des films Indiana Jones, où des officiers nazis sont vus chercher dans des pays oubliés des artéfacts et trésors perdus.(cf aussi le film « Sept ans au Tibet », NdT)

Bien qu’elles soient maintenant oubliées, les théories de Blavatsky – elle décrivait les aryens hindous comme le peuple le plus métaphysique et spirituel de la terre – étaient devenus valables aux yeux de nombreux européens du 19ème et 20ème siècle. Pour eux, c’étaient les aryens qui introduisirent la religion védique hautement spirituelle et l’hindouisme en Inde ; et ce furent les aryens qui conservèrent scrupuleusement leur ancienne pratique ancestrale du Troisième Oeil, organe naturel humain par lequel on est mis en contact avec son âme éternelle.

Décodage du svastika

Les idées de Blavatsky atteignirent indirectement Hitler et les nazis par l’intermédiaire d’un poète viennois, icône occulte de l’Allemagne pré-nazie nommé Guido Von List (1848-1919), selon le Pr Nicholas Goodrick-Clarke, spécialiste de l’ésotérisme occidental à l’université d’Exeter.


Guido Von List (1848 – 1919)

Comme Blavatsky, List était convaincu que les anciens aryens avaient créé un capitale spirituel hautement sophistiqué à travers l’Europe. Il les créditait de la construction d’architectures inhabituelles en Europe, mégalithique et cyclopéenne, basée sur une mystérieuse « technique » dont ils avaient hérité de leurs ancêtres atlantes, qui impliquait l’exploitation d’une force intérieure divine par l’éveil du Cyclope ou Troisième Oeil.


Stonehenge, monument mégalithique anglais.


Suivant l’opinion du philosophe et franc-maçon italien Giordano Bruno (1548-1600), qui fut brûlé vif par l’Inquisition pour avoir refusé de récuser ses visions hérétiques gnostiques, List pensait que l’Ancien Testament, sur lequel sont basées les valeurs éthiques, morales, religieuses et sociales du monde occidental, était un faux enseignement qui avait dissimulé l’authentique et bien plus riche hindouisme, passé spirituel aujourd’hui presque oublié.


Giordano Bruno (1548-1600) grand esprit condamné à mort.


Pour List, l’influence de l’Ancien Testament en Europe éclipsa l’hindouisme d’origine apporté par les aryens. La montée de la toute puissante église catholique donna ensuite à l’hindouisme européen le coup de grâce. Selon Goodrick-Clarke :

« List était attiré par les idées de Giordano Bruno…Bruno avait proclamé que le judaïsme et le christianisme avaient corrompus l’ancienne et véritable religion…qui avait acquis une grande popularité parmi les néo-platoniciens de la Renaissance. Bruno souhaitait aussi une nouvelle dérogation basée sur une redécouverte de l’ancienne gnose. »

– Nicholas Goodrick-Clarke, Les racines occultes du Nazisme, 1992

Pour List, comme pour Bruno, l’Ancien Testament n’est pas un récit juste de l’histoire humaine ; au contraire, l’Ancien Testament a été surimposé sur l’histoire humaine. Comme l’Europe et l’occident ont de tout cœur accepté la Bible, comme si elle était l’héritage de toute l’humanité (et pas seulement l’histoire d’un petit groupe, les Hébreux), les occidentaux ont échoué à reconnaître une histoire bien plus grande, et une sagesse bien plus spirituelle – dont le symbole-clé est le svastika.

Le mot « svastika » vient du sanskrit « su » (bon) et de « asti » (être), signifie « être bon ». L’emblème est formé en croisant deux runes « S » mais en opposition – les runes étant un mystérieux ancien alphabet utilisé autrefois dans le nord de l’Europe – mettant leurs deux formes congruentes en parfait équilibre.


List déclara que les anciens aryens voyaient dans la paire opposée de « S » du svastika la doctrine de la « dualité équilibrée » (c’est à dire soleil vs lune, jour vs nuit, chaud vs froid, etc.). Blavatsky pensait également que les deux « S » symbolisaient toutes les paires d’opposés du monde matériel, très proche du yin yang chinois ou du soleil et de la lune des francs-maçons :

« Un signe double est, comme le sait tout étudiant de l’occultisme, le symbole des principes masculin et féminin dans la nature, du positif et du négatif… »

– Helena Blavatsky, La Doctrine secrète

Elle expliquait que le croisement des deux S signifie unifier les opposés ou les équilibrer en leur donnant un centre commun – en d’autres mots, une auto-réalisation par la découverte de son centre (le point au milieu) entre les deux S opposés (dualité).

C’est précisément la formule sacrée pour éveiller le Troisième Oeil – l’équilibre des opposés (c’est à dire équilibrer le soleil et la lune, ida et pingala, Boaz et Jakin, etc.). L’écrivain et journaliste anglais Perceval Landon (1868-1927), décrivant à son tour ses voyages dans le Tibet du 20ème siècle, expliquait :

« …le svastika…surmonté d’un symbole grossièrement dessiné du soleil et de la lune…marque chaque entrée principale du pays. »

– Perceval Landon, Lhassa: Un récit du pays et du peuple du Tibet central, 1905

Svastika au Tibet, flanqué du soleil et de la lune, Âge de Fer (1300 – 600 avt JC). www.tibetarchaeology.com
Après son arrivée en Inde avec les aryens, le svastika partit plus tard en Chine et au Japon avec l’extension du bouddhisme (un rejeton de l’hindouisme) dans les siècles ultérieurs. 

C’est pourquoi le Bouddha – dont l’apparence au 6ème siècle avt JC vint longtemps après le mouvement des aryens et de l’extension de l’hindouisme – est représenté avec le svastika, méditant les jambes croisées en position de lotus avec un Troisième Oeil éveillé (le point bindi) sur le front. 

En d’autres mots, en utilisant le svastika Bouddha équilibrait ses moitiés solaire et lunaire, éveillant son Troisième Oeil (« Bouddha signifie celui qui est éveillé) : 


Un Bouddha avec le svastika sur son cœur et le point éveillé du Troisième Oeil sur son front – communiant avec son âme intérieure – enseignement majeur de l’hindouisme aryen. 


Il y a, bien sûr, beaucoup plus derrière le symbolisme du svastika, mais sa signification basique est de nous enseigner comment découvrir notre centre intérieur ou le dieu intérieur et d’éveiller notre Troisième Oeil, acte révélant la plénitude de notre être intérieur où toute contradiction et conflit – tous opposés – disparaissent, et où le voile du monde matériel est temporairement soulevé, révélant le Soi ou âme intérieure et nous autorisant à dégager son pouvoir pour parfaire la libération spirituelle.

En conclusion

L’origine de la race blanche est davantage qu’un simple « tabou » pour les académiciens d’aujourd’hui ; elle est interdite et hors-la-loi. Le fait d’en savoir si peu sur ce sujet, et si peu sur l’ancienne religion préhistorique hindoue d’Europe, en est une preuve. De nombreux érudits et archéologues des 18ème, 19ème et du début du 20ème siècles pensaient que la race blanche ou aryenne descendait de la civilisation perdue de l’Atlantide. Cette croyance formait autrefois l’opinion majoritaire académique.

L’élite ne voulait pas que les masses comprennent la croyance historique en un lien possible aryen-atlante parce que la doctrine du Troisième Oeil que nous y aurions trouvé enlèverait complètement le « Dieu » de l’Ancien Testament de l’équation spirituelle en dotant l’homme de la force de sa propre divinité.

Comme vous pourrez le lire dans mon livre « Écrit dans la pierre », les idées de cet essai ne sont pas racistes, mais dans l’intention d’allumer votre curiosité pour les blancs concernant le système spirituel ancestral avec lequel « ils » avaient triché, l’ignorance des blancs pour leur origine spirituelle est vraiment un grand problème et une crise dans le monde d’aujourd’hui. Tous les hommes et toutes les femmes ont spirituellement et physiquement la même origine, et l’humanité est essentiellement une et de la même essence.

La première partie se trouve  ici
La deuxième partie se trouve ici
La troisième partie se trouve ici
La quatrième partie se trouve ici

Source: Richard Cassaro, traduction par le Bistro Bar Blog

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire