Une rivière Indienne s’assèche et révèle d’anciens secrets incroyables pour la première fois


Pour la première fois dans l’histoire, une combinaison de sécheresse et de surconsommation de l’eau a poussé la rivière en Inde, la rivière Shamalaà Karnataka jusqu’à ses derniers retranchements, révélant ainsi sur le rivage des secrets qui ont choqué la communauté archéologique. 


La rivière a révélé la présence de milliers de Lingas de Shiva qui ont été sculptés il y a très longtemps sur le lit de la rivière. 

Le lieu qui porte le nom de « Sahasralinga » (Mille Lingas de Shiva en Sanskrit) est devenu un site de pèlerinage extrêmement populaire et des milliers de gens rendent désormais visitent à Sahasralinga pour prier le dieu Shiva. Les Lingas de Shiva ou ‘Lingam’ sont une représentation de la divinité Hindou Shiva, et sont présents dans tous les lieux de culte et temples hindous.

Sahasralinga est situé près de Sirsi, dans l’état de Karnataka et c’est l’un des plus beaux endroits du pays, qui représente le pouvoir de la divinité et les énergies positives. Les innombrables lingas de Shiva découvert à cause de la sécheresse sont une preuve qu’il y a de nombreux endroits sur cette planète qui recèlent beaucoup de secrets de nos ancêtres, des secrets qui lentement mais sûrement, émergent à la surface. Nous pouvons ainsi respecter et rendre hommage à leur tradition et la valeur historique.


Voici quelques unes des images des incroyables sculptures de la rivière Shamala













Source: Ancient Code  



Commentaires

  1. Bonjour, quelle est la signification de ces protubérances qui ressemblent à un presse orange ? On dirait que ca servait à récolter un liquide ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des lingams et des yonis, traditionnellement près des gath (gradin/marches permettant de faire les ablutions dans les fleuves et cours d'eau de l'Inde).

      Supprimer
    2. En clair des sexes mâles (lingam) et des sexes féminins (yoni)...

      Supprimer
  2. on dirait des autels de sacrifices ... les rigoles permettant de guider le sang.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on ne sait pas, le mieux est encore de se taire.

      Supprimer
  3. Le Shiva Lingam est la représentation du sexe masculin et la Yoni celle du sexe féminin, ces sculptures représentent en fait l'union du masculin et du féminin sacrés, comme le Yin et le Yang en Chine.

    RépondreSupprimer
  4. Mélina Jill Kristine19 mai 2017 à 13:43

    Yves... Hors de question qu'il s'agissent de sacrifice sanguin, il ne s'agit pas de tuer dans ce genre de rituel... envisageable et fort probable en revanche, des "offrandes de sang menstruel"... Parce que les femmes avaient une forte connexion entre la lune, l'eau (purification...) et le tantrisme.

    Anonyme. Peut-être aussi... On peut imaginer une polyvalence des outils du quotidien "ritualisé"... La nourriture est sacrée ! Et puis, les sociétés étaient à la base matriarcale, l'invention de l'agriculture et du chamanisme élaboré par des communauté avec les femmes au centre (Référence d'ouvrage "La femme Shakti" de Vicki Noble et le féminin sacré).

    Regarde, par analogie, il existe au Maroc les moulins en pierre pour confectionner les huiles, les pâtes et la farine (argan, amlou...) Il manquerait seulement la seconde partie emboitable avec un manche en bois. Au centre nous avons la protubérance qui permet d'encastrer le second morceau de pierre et permettant de moudre petit à petit les fruits à coque et autres graines de l'agriculture. Une rigole permet de récupérer les liquides. Il suffit de faire une recherche internet pour être interpellé par l'exacte similarité de ces pierres taillés.

    La protubérance phallique, dit "lingam", culte à côté des yonis, peut symboliser la kundalini... ou le serpent cosmique qui est "le phallus énergétique", on trouve des statuettes de "Déesse" là bas avec un serpent qui sort du vagin de la déïté féminine.

    Bien cordialement,
    Merci pour l'article.

    RépondreSupprimer
  5. Il s'agit d'autels... pas de sang mais du lait pour sacraliser le rite : le lingam représente la force créatrice, le yoni le réceptacle sans quoi la création ne peut pas se réaliser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me saisit moi, c'est la finesse de ces sculptures. Quelqu'un peut-il nous les dater? De quels outils disposaient les sculpteurs pour faires des figures si modernes. Cela me fait penser aux pyramides avec des complexitées qui font douter que ce soit des gens de cette époque-là qui en soient les auteurs.

      Supprimer
  6. ça servait surtout à faire la lessive en pressant le linge sur le bouton

    RépondreSupprimer
  7. le canal d'ecoulement rien a voir avec le " probable " sang menstruel , c'est incroyable ce que les ignorants peuvent inventer pour se faire mouser , heureusement ici il est mentionne " probable " .... , ce canal permet en fait l'ecoulement du lait et du beurre , servant d'offrande au lingam certains lingamsl'inde est un pays tres peuple et les offrandes sont quotidiennes , en INDE , recoive quotidiennement des quantites considerables d'offrandes ,

    RépondreSupprimer
  8. Visiblement, cette rivière ne semble pas si profonde au vu de la végétation qui la borde, donc c'est maintenant que l'on découvre ces " machins ?" alors qu'en Inde on utilise l'eau et les rivières autant pour les besoins pratiques que pour les ablutions ou les rîtes , et qu'au cours des sécheresses ces pierres étaient forcément accessibles, autant pour ceux qui les avaient sculptées que les gens se rendant à la rivière pour mille autre raisons.....

    RépondreSupprimer
  9. hoooooo ! que ça devait faire des beaux shampoing aux herbes et aux sels !!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Je me demande surtout de quel genre de roche il s'agit, les sculptures n'ont pas été trop endommagées par l'érosion du au flux de la rivière

    RépondreSupprimer
  11. Pour Les Avoir Vue De Prêts Leurs Vaisseaux

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire